EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Brexit : la croissance britannique résiste

Brexit : la croissance britannique résiste
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon l'Office national de la statistique, l'impact du Brexit sur l'économie britannique ne se fera sentir qu'à partir de l'an prochain.

PUBLICITÉ

La croissance britannique confirmée à 0,5% au troisième trimestre et à 2,3% sur un an. L‘économie a été soutenue par une hausse des dépenses des ménages et de l’investissement des entreprises de juillet à septembre, les trois mois qui ont suivi le vote en faveur d’une sortie du pays de l’Union européenne.

0.9% growth in Business Investment in Q3 from £43.8bn to £44.2bn https://t.co/0JucrBu4Y2

— ONS (@ONS) 25 novembre 2016

Selon l’office national de la statistique, il faudra attendre l’an prochain pour prendre la mesure de l’impact du Brexit sur l‘économie. L’incertitude liée aux négociations de sortie devrait freiner les investissements et l’inflation importée, induite par la dépréciation de la livre, devrait entamer le pouvoir d’achat des ménages.

L’immobilier résiste

Le marché de l’immobilier résiste aussi pour l’instant au Brexit : le prix moyen d’un logement londonien a même atteint le plafond historique de 14 foisle salaire annuel moyen. Londres est talonné par Cambridge (13,6 fois le salaire annuel moyen), et Oxford (13,5).

October 2016 UK Cities House Price Index! Read the full report now! – https://t.co/ogs160j6aX#ukhousing#UKCitiesIndexpic.twitter.com/2aE23RSUEs

— Hometrack (@HometrackGlobal) 25 novembre 2016

Avec Reuters.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage