EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Grèce : croissance négative en 2016 (révision)

Grèce : croissance négative en 2016 (révision)
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La déception est grande pour le pays qui croyait avoir renoué avec la croissance.

PUBLICITÉ

La Grèce n’a finalement pas renoué avec la croissance en 2016. Selon l’Office grec des statistiques, Elstat, son produit intérieur brut a fondu de 1,2% au quatrième trimestre, trois fois plus qu’estimé en février.

Greece's economy has suffered its worst quarter since 2015, contracting by 1.2% at the end of 2016 https://t.co/KGyHFDbWOJpic.twitter.com/LYhYAypaE9

— Financial Times (@FinancialTimes) 6 mars 2017

La consommation s’est révélée plus faible qu’attendu sur la période, en recul de 1,1% par rapport au troisième trimestre. Les importations ont elles augmenté de 4,5% tandis que les exportations déclinaient de 1,4%.

Ainsi, avec un PIB en repli de 0,05%,le pays accuse sa huitième année consécutive de croissance négative.

#Grèce Les stats grecs dissipent l'espoir retour à la croissance en 2016. Au lieu +0,3% (1eres estimations), données révisées donnent -0,05

— Catherine Boitard (@catboitard) 6 mars 2017

Mauvais timing

Une claque pour le gouvernement. Toutefois le Premier ministre, Alexis Tsipras, préfère regarder vers l’avenir. “Pour l’année en cours, les prévisions montrent que l‘économie grecque va enregistrer des taux de croissance exceptionnellement élevés après de nombreuses années de récession, les plus hauts de la zone euro,“ a-t-il assuré.

Evoquant les négociations en cours avec ses créanciers internationaux, il a ajouté : “il est clair que, quand bien même ils voudraient freiner les négociations au niveau technique, il ne peut y avoir de retour en arrière. La Grèce a déjà tourné la page.

Athènes tente d’obtenir de ses créanciers divisés son maintien sous perfusion financière internationale jusqu’en 2018. Le Fonds monétaire international estime que les projections européennes sont trop optimistes à moins d’un allègement de la dette grecque, ce que refuse Berlin, ou de davantage d’austérité.

Greece resumes bailout talks with EU, IMF to secure crucial bailout funds https://t.co/fCWTrjxo07pic.twitter.com/UzIVwl4wBK

— AFP news agency (@AFP) 28 février 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Grèce : le cycle de l'austérité se referme selon Tsipras

La Grèce fait des concessions à ses créanciers

Le commissaire européen en charge de l'Economie assume la priorité donnée au Pacte vert durant le mandat