La croissance britannique a ralenti au premier trimestre

La croissance britannique a ralenti au premier trimestre
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour la première fois depuis le référendum sur le Brexit, la croissance de l'économie britannique montre des signes de ralentissement.

PUBLICITÉ

Pour la première fois depuis le référendum sur le Brexit, la croissance de l‘économie britannique montre des signes de ralentissement. Le PIB au premier trimestre ressort à 0,3 %, selon les données publiées ce vendredi par l’Office des statistiques nationales (ONS), soit la hausse la plus faible depuis début 2016.

Ralentissement du secteur des services

Depuis le vote historique de juin dernier, l‘économie du Royaume-Un résistait bien aux effets du Brexit, avec un PIB en hausse de 0,6% et 0,7% aux troisième et quatrième trimestres.

Ce ralentissement de la croissance est dû en partie au secteur des services, qui représente la grande majorité de l’activité britannique. Or, de janvier à mars, il n’a progressé que de 0,3 % contre 0,8 % lors du dernier trimestre 2016. Les autres secteurs – production industrielle, construction, agriculture – affichent également une progression modérée.

Londres table sur 2% de croissance en 2017

Ces chiffres n’inquiètent pas pour autant le gouvernement britannique. Le ministre des Finances Philip Hammond a adressé un message aux électeurs dans la perspective des prochaines élections législatives :

“La croissance de l‘économie devrait atteindre 2 % cette année. Le 8 juin, les Britanniques devront choisir entre cinq années supplémentaires avec Theresa May, qui va consolider cette croissance et obtenir le meilleur accord possible avec l’Union européenne, ou une coalition de chaos sous Jeremy Corbyn qui conduira notre économie à l’effondrement.”

Ce ralentissement de la croissance britannique était attendu, compte tenu du repli de la livre sterling, qui a entraîné une poussée de l’inflation et donc une hausse des prix des produits importés. Depuis le début de l’année, cette inflation pèse sur l’activité et la consommation.

Avec Reuters

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Où la classe moyenne paie-t-elle les impôts les plus élevés et les plus bas en Europe ?

Les milléniaux, en passe de devenir la génération la plus riche de l'histoire

L'inflation a poursuivi son reflux dans la zone euro en février, revenant à 2,6% sur un an