EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Inflation record en Egypte : 31,5%

Inflation record en Egypte : 31,5%
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les prix explosent depuis que la Banque centrale egyptienne a laissé flotter sa devise en novembre

PUBLICITÉ

En Egypte, l’inflation atteint des niveaux records : 31,5% sur un an, du jamais vu en plus de trois décennies.

Les prix explosent depuis que la Banque centrale egyptienne a laissé flotter sa devise, la livre, en novembre dernier. C‘était une exigence du Fonds monétaire international (FMI) pour l’attribution d’un prêt de 11 milliards d’euros sur trois ans.

Face à cette situation le gouvernement a décidé de distribuer l‘équivalent d’un milliard de livres d’aliments aux plus modestes pour les aider à préparer le ramadan.

“En ce moment nous vivons en mangeant des fèves et des pois chiches, et même ceux-ci coûtent cher. Avant quand j’achetais une livre de fèves, cela suffisait pour le petit-déjeuner de ma famille. Maintenant, ça coute deux ou trois livres, et il faut en ajouter cinq pour les pois chiches”, dit un egyptien dans les rues du Caire.

Le FMI, dont les observateurs sont ces jours-ci en Egypte pour observer les réformes menées, recommande à présent à la Banque centrale égyptienne d’augmenter ses taux d’intérets pour lutter contre la hausse des prix. Le pays s‘était engagé à mener d’autres réformes en échange du prêt. Certains analystes estiment qu’une hausse des taux risque de saper l’activité économique.

L’inflation mensuelle a récemment ralenti, ce qui suggère que le pire est derrière l’Egypte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage