EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Emmanuel Macron critique le rôle du FMI dans la crise grecque

Emmanuel Macron critique le rôle du FMI dans la crise grecque
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

C’est un nouvel élan qu’Emmanuel Macron veut insuffler à l’Europe. Pour sa première visite d’Etat, le Président français s’est rendu à Athènes, où il a rencontré le Premier ministre grec Alexis Tspiras. Il s’est déplacé avec le ministre de l‘Économie Bruno Le Maire et une quarantaine de chefs d’entreprise de l’hexagone.
Ce jeudi, le chef de l’Etat français a prononcé son discours sur la refondation de l’Europe et a créé la surprise en critiquant le rôle du Fonds Monétaire International dans le plan de sauvetage de la Grèce. “La présence du FMI a été le symptôme d’un manque de confiance entre pays européens”, a déclaré Emmanuel Macron.

Grèce. A Athènes, Macron lance son projet de refondation de l’Europehttps://t.co/ZcZpwOUfWnpic.twitter.com/6sRQpOorOB

— Le Télégramme (@LeTelegramme) 7 septembre 2017

Le Président français veut initier un projet de “refondation démocratique” de l’Union qui passerait par un budget, un ministre des Finances et un Parlement pour la zone euro. Il souhaite aussi lancer une “vaste consultation populaire” au début de l’an prochain. Une initiative dont les contours devraient être dévoilés après les élections législatives allemandes du 24 septembre.
Pour les élections européennes qui se tiendront dans deux ans, il souhaite que les listes puissent regrouper des candidats issus de différents pays.

Je propose d’organiser des conventions démocratiques, des temps où nos peuples discutent de l’Europe qu’ils veulent.https://t.co/jWltfQLqgW

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) 7 septembre 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024