Réguler les crypto-monnaies pour éviter la crise !

Réguler les crypto-monnaies pour éviter la crise !
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A Davos, les politiciens plaident pour une régulation des monnaies virtuelles comme le Bitcoin pour éviter de nouvelles crises financières.

PUBLICITÉ

Les politiciens du monde entier réunis à Davos ont placé les crypto-monnaies dans leur ligne de mire. 

Ils ont appelé à plus de régulation pour prévenir "une catastrophe systémique de l'économie mondiale". Theresa May, la chef du gouvernement britannique, s'est inquiétée de l'utilisation criminelles des monnaies virtuelles comme le Bitcoin ou l'Ether.

La Suède a une vision sensiblement différente du sujet. La gouverneure adjointe de la banque centrale suèdoise, Cecilia Skingsley, les considère plutôt comme un complément : 

"Un Bitcoin ou d'autres versions d'actifs numériques, ou de crypto-monnaie, comme certains les appellent, c'est quelque chose de complètement différent de l'argent version banque centrale. Les actifs numériques, comme nous les voyons aujourd'hui, ne sont pas très efficaces : ils ne font pas partie des valeurs stables, ce n'est pas un moyen d'échange efficace. Il appartient à chaque individu de vouloir investir dans ce type d'actif, mais ce n'est pas le genre d'argent que la Banque centrale fournit".

Est-ce la raison pour laquelle, ces monnaies virtuelles semblent pour le moment négligées ? Sans doute. Mais Emmanuel Macron, lui aussi depuis Davos, a plaidé pour que le FMI se penche sur ce système de paiement, qui pour l'instant fait partie des dérégulateurs du marché financier. Les monnaies virtuelles sont tout bonnement en mesure de créer des crises financières affirme le président français.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Samsung creuse le filon des crypto-monnaies

Vol de NEM : le Japon réclame plus de sécurité

Pour Volodymyr Zelensky, Poutine est un "prédateur" qui ne se satisfera pas d'un conflit "gelé"