EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le mea culpa du patron de Facebook

Le mea culpa du patron de Facebook
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Mark Zuckerberg admet avoir fait une énorme erreur. C'est la contre-offensive du patron de Facebook, empêtré dans un scandale retentissant sur les données personnelles de ses utilisateurs.

PUBLICITÉ

Le mea culpa de Mark Zuckerberg. Le patron de Facebook, empêtré dans un scandale retentissant sur les données personnelles de ses utilisateurs admet avoir commis une énorme erreur et affirme que le site a pris conscience de sa responsabilité et agit pour protéger ses usagers.

"Nous n'en n'avons pas fait assez, sur la prévention des abus et sur la façon dont les gens pourraient utiliser ces outils pour faire du mal. c'est valable pour les fake news, l'ingérence étrangère dans les élections, les discours de haine, en plus des développeurs et de la confidentialité des données. Nous n'avons pas eu une vision assez large de ce qu'est la responsabilité, et c'est une énorme erreur, mon erreur" affirme Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Mark Zuckerberg a promis d'aller s'expliquer en personne le 11 avril devant des parlementaires américains, très remontés contre le groupe.

"Il va sans aucun doute faire face à beaucoup de questions sur les différents scandales concernant la vie privée. Comment est-ce arrivé ? Pourquoi Facebook n'a-t-il pas fait plus attention ? leurs mesures actuelles sont -elles suffisantes ? Et les gens peuvent-ils se sentir en sécurité concernant leurs données sur Facebook ? " souligne David Hamilton, de l'agence de presse américaine Associated Press.

Facebook estime que 87 millions d’utilisateurs du réseau social ont vu leurs données personnelles récupérées à leur insu par Cambridge Analytica.

Un chiffre réfuté par la firme britannique qui indique n'avoir "reçu" les données que de "30 millions" de personnes.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024