EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Des perspectives de croissance timides en Europe

Des perspectives de croissance timides en Europe
Tous droits réservés Diritti d'autore: REUTERS/Francois Lenoir
Tous droits réservés Diritti d'autore: REUTERS/Francois Lenoir
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les prévisions économiques pour l'été s'inscrivent dans la tendance annuelle.

PUBLICITÉ

L'économie européenne poursuit sa croissance, mais à une allure modérée. Une tendance qui devrait s'inscrire dans la durée, selon la Commission européenne, qui a dévoilé ses prévisions pour l'été : pour ce trimestre, le PIB devrait augmenter de 1,4 % au sein de l'Union, et de 1,2 % dans la zone euro.

Et pour l'année prochaine, sa hausse ne devrait atteindre que 1,6 % pour l'ensemble 28 et 1,4 % pour la zone euro.

"Ce rythme de croissance modéré devrait, selon nous, se poursuivre au cours du second semestre", indique Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques, "parce que la tendance à la baisse de la production industrielle mondiale n'a pas encore atteint son point le plus bas et, en outre, parce que les perspectives du commerce mondial sont assombries par un regain de protectionnisme et par les tensions entre les Etats-Unis et la Chine."

Mais les situations divergent, d'un pays à l'autre de l'Union. Les prévisions restent inchangées pour l'Italie, où la croissance devrait connaître une légère reprise l'an prochain, pour s'élever à 0,7 %, soit le niveau le plus faible parmi les 28.

La Commission a maintenu ses prévisions pour le Royaume-Uni, dont le PIB devrait grimper de 1,3% cette année. Mais ces pronostics ne prennent pas en compte les avaries que pourrait causer un Brexit sans accord.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Économie : l'Europe abaisse ses prévisions de croissance

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale