EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Crise sanitaire : les sombres prévisions de l'économie allemande

Crise sanitaire : les sombres prévisions de l'économie allemande
Tous droits réservés Tobias Schwarz/AP
Tous droits réservés Tobias Schwarz/AP
Par Oleksandra VakulinaMaxime Biosse Duplan
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sur l'année 2020 est envisagée une récession de 6,3%, alors que la croissance était de 1,1% en janvier.

PUBLICITÉ

L'Allemagne a fortement réduit ses prévisions de croissance économique pour cette année, estimant que la pandémie de coronavirus plongerait son économie, la plus forte d'Europe, dans la récession la plus profonde de son histoire d'après-guerre.

Sur l'année 2020 est envisagée une récession de 6,3%, alors que la croissance était de 1,1% en janvier. Mais cette projection, qui se base sur une levée "progressive et modérée" des restrictions en place pour limiter la propagation de la pandémie, prévoit un rebond en 2021, avec une croissance de 5,2% du produit intérieur brut.

Peter Altmaier, ministre allemand de l'Economie : "La hausse du chômage en Allemagne est clairement atténuée par le recours massif au chômage partiel. En mars et avril, au moins 3 millions de personnes étaient au chômage partiel. En moyenne, ce chômage partiel sera plus élevé, nettement plus que pendant la crise financière. "

Volkswagen et Daimler, dont les bénéfices du premier trimestre se sont écroulés, appellent le gouvernement allemand à aider à stimuler la demande de voitures neuves.

Une demande relayée aussi par le groupe de lobbying VDA, alors que la réouverture des concessions automobiles devrait commencer très lentement dans les deux prochaines semaines.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale