Un tourisme en quête de rebond : TUI dans le rouge, le croisiériste MSC reprend du service

Un tourisme en quête de rebond : TUI dans le rouge, le croisiériste MSC reprend du service
Tous droits réservés euronews
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

TUI a vu son chiffre d'affaires s'effondrer. MSC organise deux croisières en Méditerranée et met en avant un protocole sanitaire rigoureux.

PUBLICITÉ

Le numéro un mondial du voyage toujours à la peine… TUI a vu son chiffre d'affaires s'écrouler de 98 % pour cause de coronavirus. Le voyagiste européen, qui vient d'obtenir une nouvelle aide publique en Allemagne, a annoncé en avril la suppression de 8000 emplois. Le ralentissement prolongé du trafic plombe également son volet aérien.

L'horizon est un peu plus dégagé du côté de MSC. La croisiériste italo-suisse a annoncé que certains de ses navires reprenaient du service en Méditerranée. Le Grandiosa sera le premier navire à partir pour une croisière de sept jours.

Le protocole sanitaire se veut strict. Le Grandiosa ne sera rempli qu'à 70 % de ses capacités. Avant d'embarquer, les passagers seront testés. Ils le seront aussi durant la croisière.

« Ceux qui sont testés positifs seront invités à suivre nos assistants à l'étage inférieur où une salle stérile a été aménagée pour un examen plus poussé afin de prendre les bonnes décisions », explique un responsable, Leonardo Massa. 

D'autres croisiéristes avaient devancé MSC mais pas sur des navires accueillant des milliers de passagers. En ayant soigneusement jalonné son protocole sanitaire, le groupe espère rester à flots. Il a engrangé des pertes de près de 1,5 milliard d'euros entre avril et juin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le tourisme européen en plein "chaos actuellement"

Qu'est-ce qui a rapporté le plus au cours de la dernière décennie ? : le bitcoin ou une maison à Londres ?

Toyota rappelle 280 000 véhicules aux États-Unis. Qu'en est-il en Europe ?