EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La BCE décide d'accélérer le rythme de ses rachats de dette

La BCE décide d'accélérer le rythme de ses rachats de dette
Tous droits réservés Jean-François Badias/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Jean-François Badias/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde balaie les craintes d'un dérapage de l'inflation

PUBLICITÉ

La Banque centrale européenne va accélérer le rythme de ses rachats de dette. Une réponse à la nervosité des marchés face à une récente hausse des taux obligataires aux Etats-Unis. La BCE a fait savoir qu'elle agirait pour empêcher une contagion aux taux de la zone euro.

Cette politique monétaire accommodante ne doit pas être remise en question selon la présidente de la BCE. Christine Lagarde s'est néanmoins montrée optimiste pour le futur.

"les campagnes de vaccination en cours, ainsi que l'assouplissement progressif des mesures de confinement - à moins d'une nouvelle évolution défavorable- permettent d'escompter un solide rebond de l'activité économique dans le courant de 2021" a t-elle souligné.

Les rachats de dette permettent notamment aux Etats d'emprunter à bas coût pour stimuler l'investissement et l'emploi fragilisés par la pandémie.

La crainte d'inflation "pas justifiée"

Mais, certains mettent en garde contre les risque de surchauffe des prix. Le taux d'inflation a grimpé à 0,9% en janvier et février en zone euro, dépassant les attentes. Cette anticipation n'est pas justifiée, a assuré la BCE, qui n'a que très légèrement relevé ses prévisions d'inflation pour 2021 (1,5%) et 2022 (1,2%), toujours loin de l'objectif proche de 2% visé par l'institution.

Si la hausse des prix s'accélère, c'est "principalement en raison de certains facteurs transitoires et d'une hausse des cours de l'énergie", a relevé Christine Lagarde, selon laquelle "ces facteurs devraient s'estomper (...) au début de l'année prochaine".

Dans le même temps, la faiblesse de la demande et "la forte atonie" sur le marché du travail constituent de puissants freins à un dérapage des prix.

Les banques qui en ont besoin vont continuer à bénéficier des vagues de prêts géants et bon marché. Enfin les trois taux directeurs ont été maintenus à leur plus bas historique, notamment celui négatif de 0,50% frappant les liquidités en excès des banques qui ne sont pas injectées dans l'économie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale

Pékin critique l'augmentation des droits de douane pour ses véhicules électriques