PUBLICITÉ

Les banques et les énergies fossiles : une histoire d'amour qui dure

Archive : centrale à charbon dans la ville américaine d'Independence (Missouri), le 01/02/2021
Archive : centrale à charbon dans la ville américaine d'Independence (Missouri), le 01/02/2021 Tous droits réservés Charlie Riedel/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Charlie Riedel/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par Olivier Peguy avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les plus grandes banques mondiales continuent d'investir dans les énergies fossiles : plus de 3 800 milliards de dollars en 5 ans. Cela va à l'encontre des engagements pris en faveur du climat, soulignent plusieurs ONGs.

PUBLICITÉ

Les plus grandes banques mondiales continuent d'investir dans les énergies fossiles. Cela va à l'encontre des engagements pris en faveur du climat, soulignent plusieurs ONG.

Les plus grandes banques mondiales continuent d'investir dans les énergies fossiles.

Les financements qu'elles ont accordés aux groupes pétroliers et gaziers ont augmenté de près de 6% entre 2016 et 2020.

Le montant total accordé en l'espace de 5 ans : 3 800 milliards de dollars.

Ces chiffres émanent d'une enquête réalisée par plusieurs ONGs environnementales.

Dans leur classement, le podium est occupé par des banques américaines : JPMorgan Chase, Citi et Wells Fargo. Et l'on voit aussi le groupe BNP Paribas, qui au niveau européen, est le plus grand financeur de l'industrie des énergies fossiles.

Ce que soulignent les auteurs de cette étude, c'est finalement l'hypocrisie par rapport aux bonnes intentions affichées en 2016 à la signature de l'accord de Paris sur le Climat.

A l'époque, tous les acteurs économiques promettaient d'agir pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Et d'accepter l'idée d'un désinvestissement progressif dans les énergies fossiles.

Sauf que, dans les faits, les grandes banques mondiales font tout le contraire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’autre grand tour à vélo… solaire pour une énergie électrique durable

L'OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

Le cloud : stockage dématérialisé, mais impact environnemental bien réel