EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Canal de Suez : un bouchon maritime qui coûte cher au commerce mondial

Canal de Suez : un bouchon maritime qui coûte cher au commerce mondial
Tous droits réservés Amr Nabil/AP
Tous droits réservés Amr Nabil/AP
Par Julien Pavy avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le trafic maritime reprend petit à petit après avoir été bloqué pendant près d'une semaine par un navire cargo qui s'était mis en travers de cette voie indispensable au commerce mondial.

PUBLICITÉ

Lever de soleil au dessus du Canal de Suez, où le trafic maritime reprend petit à petit après avoir été bloqué pendant près d'une semaine par un navire cargo qui s'était mis en travers de cette voie stratégique et indispensable pour le commerce mondial. Plus de 400 navires ont été pris dans un bouchon qui mettra du temps à se résorber :

"Les importateurs européens doivent prévoir des retards importants dans leur chaînes d'approvisionnement car toutes ces marchandises vont mettre beaucoup de temps à traverser le Canal, souligne Greg Knowler, rédacteur en chef pour le Journal of Commerce. Le seul moyen de contourner le Canal de Suez est de passer par l'Afrique, ce qui représente environ 3 000 miles nautiques et 10 jours de voyage supplémentaires. Il n'y a donc pas vraiment d'alternative au Canal de Suez."

Le Canal de Suez voit transiter chaque jour environ 12% du commerce mondial, 1 million de barils de pétrole et près de 8% du gaz naturel liquéfié. Le récent incident a mis en évidence les faiblesses d'un commerce mondial à flux tendu entre l'Asie et l'Europe qui repose sur le transport de dizaines de milliers de containers par quelques géants des mers.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale

Pékin critique l'augmentation des droits de douane pour ses véhicules électriques