EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Royaume-Uni : les chauffeurs Uber pourront se syndiquer

Royaume-Uni : les chauffeurs Uber pourront se syndiquer
Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le géant américain des VTC a signé un accord "historique" avec l'organisation syndicale britannique GMB.

PUBLICITÉ

Un nouveau droit pour les chauffeurs d'Uber au Royaume-Uni. Ils pourront désormais être représentés par un syndicat. Un accord a été conclu mercredi avec l'organisation GMB, accord qualifié d'"historique" par la plateforme de conducteurs privés.

"Nous unissons nos forces avec le syndicat britannique GMB pour donner aux chauffeurs une voix encore plus forte sur les questions qui leur tiennent à cœur et améliorer la sécurité du travail indépendant" affirme dans un tweet, le PDG d'Uber, Dara Khosrowshahi.

70 000 chauffeurs britanniques sont concernés. Ils resteront libres d'adhérer ou non au syndicat. Cet accord confirme un changement d'attitude du géant américain confronté à plusieurs procédures judiciaires. Il intervient deux mois après la reconnaissance par Uber d'un statut de travailleur salarié à ses conducteurs britanniques, avec salaire minimum et congés payés.

Pour autant, certains dénoncent les limites de cet accord, et souligne que beaucoup reste à faire. Le principal syndicat de chauffeurs et livreurs du Royaume-Uni ADCU rappelle ainsi que "Uber ne s'est toujours pas conformé à la récente décision de la Cour suprême du Royaume-Uni, selon laquelle elle doit verser un salaire minimum au moins pour chaque heure pendant laquelle un chauffeur est connecté à la plateforme. Uber choisit d'interpréter la loi en disant qu'elle ne doit payer que pour le temps où le passager est dans le véhicule, et non pour le temps d'attente", précise James Farrar, secrétaire général du Syndicat ADCU (App Drivers & Couriers Union).

Désormais les chauffeurs britanniques pourront contester d'éventuelles radiations et soutenir des revendications collectives. A noter enfin que ce nouvel accord, comme le précédent, ne s’applique pas aux livreurs du service alimentaire Uber Eats

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’appel à réglementer l’emploi des plateformes numériques dans l'UE

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche