France : l'inflation a ralenti en novembre à +3,4% sur un an

Cette photographie prise le 21 novembre 2023 montre la Tour Eiffel au-dessus des toits de Paris.
Cette photographie prise le 21 novembre 2023 montre la Tour Eiffel au-dessus des toits de Paris. Tous droits réservés AFP
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Des chiffres dus à un ralentissement sur un an de la hausse des prix de l'énergie et du secteur des services.

PUBLICITÉ

L'inflation française en glissement annuel pour le mois de novembre a été publiée jeudi. Elle s'est établie à 3,4 %, contre 4 % en octobre.

Il s'agit du chiffre le plus bas depuis janvier dernier, principalement en raison d'une hausse plus lente que prévu des prix des services, qui ont augmenté de 2,7 %, contre 3,2 % en octobre.

Les prix de l'énergie ont également été quelque peu à la traîne, augmentant de 3,1 %, contre 5,2 % en octobre. Cette évolution s'explique principalement par une confiance accrue dans la sécurité énergétique de la France.

Davantage de consommateurs pensent également que les réacteurs nucléaires du pays devraient être en mesure de tenir le coup cet hiver, plafonnant ainsi les prix de l'énergie.

Historiquement, la France a bénéficié de prix de l'énergie moins élevés, en raison de l'obligation imposée par le gouvernement au producteur public d'énergie, EDF, d'offrir environ un quart de sa production à un prix fortement réduit aux fournisseurs. 

Le bouclier tarifaire de la France et la réduction des prix des carburants, l'année dernière, ont également contribué à maintenir les prix de l'énergie à un niveau nettement inférieur à ceux de ses pays voisins. 

Les prix des produits manufacturés ont également baissé à 1,9 % contre 2,2 % le mois dernier, les prix des denrées alimentaires ayant également diminué à 7,6 % contre 7,8 % le mois dernier.

L'estimation préliminaire du taux d'inflation annuel harmonisé de l'UE pour la France est passée de 4,5 % en octobre à 3,8 % ce mois-ci. Le taux d'inflation en glissement mensuel est passé de 0,1% en octobre à -0,2%.

Parallèlement, le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) en glissement trimestriel pour le troisième trimestre 2023 a été de -0,1 %, en baisse par rapport au taux de 0,6 % enregistré au deuxième trimestre 2023. Il s'agit du premier résultat négatif depuis le premier trimestre 2022, et il a été principalement attribué à une baisse du commerce net, les exportations ayant chuté de 1,0 %, contre 2,5 % au trimestre précédent.

Les importations ont toutefois augmenté de 0,1 %, mais sont restées inférieures à celles du deuxième trimestre 2023 (2,4 %). Cependant, la consommation des ménages a rebondi, passant de -0,1 % à 0,6 %, probablement en raison d'une augmentation des dépenses en biens manufacturés et en nourriture, à l'approche de la période des fêtes de fin d'année.

Les dépenses publiques ont également augmenté de 0,5 %, contre 0,1 %, mais les investissements fixes ont chuté à 0,2 %, contre 0,5 %, en raison de la faiblesse du secteur de la construction.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Où peut-on gagner le plus pour le même travail en Europe ?

Guerre Israël-Hamas : l'économie israélienne en perte de vitesse

Le marché unique européen met les objectifs écologiques et numériques au centre de ses préoccupations