Les transactions boursières ont-elle profité des attentats du Hamas ?

Graphique boursier affiché sur un écran d'ordinateur
Graphique boursier affiché sur un écran d'ordinateur Tous droits réservés Canva
Par Doloresz Katanich avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les autorités israéliennes enquêtent sur des transactions inhabituelles qui ont eu lieu quelques jours avant les attaques du Hamas du 7 octobre.

PUBLICITÉ

Des chercheurs américains ont constaté une hausse "significative" des transactions boursières spéculant sur le déclin des entreprises israéliennes, quelques jours avant le 7 octobre, date à laquelle les militants du Hamas ont infiltré Israël et tué plus de 1 200 personnes.

Les professeurs de droit Robert Jackson Jr, de l'université de New York, et Joshua Mitts, de l'université de Columbia, affirment dans un rapport préliminaire que des opérateurs inconnus auraient pu être informés du projet du Hamas d'attaquer Israël, et utiliser cette information pour effectuer des transactions sur les bourses de Tel Aviv et des États-Unis.

"Nos données suggèrent que des traders informés des attaques à venir ont profité de ces événements tragiques", affirme le rapport.

Le rapport, qui s'appuie sur des données de la Financial Industry Regulatory Authority (FINRA), révèle que le 2 octobre, on a assisté à une augmentation soudaine des transactions de vente à découvert, qui consistaient à parier contre un important fonds négocié en bourse (ETF) lié à des entreprises israéliennes. Ces transactions visent à tirer profit d'une éventuelle baisse des actions de l'entreprise et, par conséquent, de sa valeur marchande.

Des transactions similaires ont également eu lieu sur les actions de nombreuses sociétés israéliennes à la bourse de Tel Aviv (TASE) dans les jours qui ont précédé les attentats.

"Les ventes à découvert effectuées ce jour-là ont largement dépassé celles qui ont eu lieu au cours de nombreuses autres périodes de crise, y compris la récession qui a suivi la crise financière", selon le rapport.

Un exemple documenté dans l'étude mentionne que 4,43 millions d'actions de Leumi, la plus grande banque israélienne, ont été vendues à découvert entre le 14 septembre et le 5 octobre. La transaction a généré des bénéfices après que le cours de l'action de Leumi a chuté de près de 9 % le 8 octobre, au lendemain de l'attentat.

"Bien que nous n'ayons pas constaté d'augmentation globale des ventes à découvert de sociétés israéliennes sur les bourses américaines, nous avons remarqué une augmentation forte et inhabituelle, juste avant les attentats, d'échanges d'options risquées à court terme sur ces sociétés, expirant juste après les attentats", déclarent Jackon et Mitts dans le rapport.

L'Autorité israélienne des valeurs mobilières a déclaré qu'elle était au courant de l'affaire et que "toutes les parties concernées" enquêtaient sur le sujet, selon Reuters.

La publication de cette nouvelle étude a été rapportée pour la première fois par le site d'information financière israélien The Marker.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Conflit entre Israël et le Hamas : la semaine écoulée en images

Israël-Hamas : comment les marchés financiers sont-ils impactés par ce conflit ?

2023 : l'année des grandes faillites