Comment répondre au problème des personnes sans-abri en Europe ?

En partenariat avec The European Commission
Comment répondre au problème des personnes sans-abri en Europe ?
Tous droits réservés euronews
Par Paul Hackett
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Europe, de plus en plus de personnes n'ont aucun endroit sûr où se réfugier. Comment les personnes sans-abri sont-elles définies sur le continent et qu'est-ce qui alimente le problème ?

Environ 900 000 personnes dorment dans la rue en Europe selon un rapport publié en 2023 par la FEANTSA, la Fédération des associations nationales travaillant avec les sans-abri.

Cependant, les experts affirment que le nombre de personnes sans domicile à travers le continent européen est probablement beaucoup plus élevé, et ce pour plusieurs raisons.

D'une part, la définition de ce qui constitue une "personne sans-abri" varie d'un État membre de l'Union Européenne à l'autre. D'autre part, il est encore très compliqué de quantifier ce phénomène en raison d'un manque de méthode pour collecter des données complètes.

Définir l'absence de logement

Être "sans-abri" est une expression utilisée pour décrire des réalités très différentes à travers l'Europe, de nombreux États membres n'ayant pas de définition officielle. Les définitions de travail dans les documents officiels, elles, sont interchangeables.

Une étude européenne sur les politiques nationales a révélé que le gouvernement estonien définit une personne sans domicile comme un individu ne disposant d'aucun document légal prouvant qu'il est propriétaire ou locataire d'un bâtiment ou d'une pièce pouvant être considérée comme un espace de vie. En outre, l'Estonie estime que les personnes sans domicile ne disposent pas des revenus ou des compétences nécessaires pour changer leur situation.

En revanche, l'Italie définit les personnes sans domicile comme celles qui sont "sans toit" ou "sans logement" et exclut celles qui vivent dans des abris temporaires ou des logements inadéquats.

De même, à Malte, où il n'existe pas de définition officielle, seules les personnes qui dorment dans la rue sont reconnues comme sans-abri.

Un sans-abri dans les rues de Paris (France), le 18.12.2021.
Un sans-abri dans les rues de Paris (France), le 18.12.2021.Emilio Morenatti/Copyright 2020 The AP. All rights reserved.

Bien que ces différences rendent difficile la quantification du phénomène par les experts, la FEANTSA affirme que les personnes sans logement sont en augmentation dans presque tous les pays du continent.

Pour aider les gouvernements, les groupes de recherche et les experts à mieux mesurer le "sans-abrisme" en Europe, l'ONG a développé le cadre ETHOS en 2005, qui a été révisé en 2017. Selon la FEANTSA, être sans logement comprend toutes ces situations :

  • les personnes vivant dans la rue et les personnes en hébergement d'urgence
  • les personnes hébergées dans des logements pour sans-abri, y compris les refuges pour femmes et les logements pour migrants ; les personnes devant être libérées d'institutions et les celles bénéficiant d'un soutien à long terme pour cause d'absence de logement
  • les personnes vivant dans des logements précaires et menacées d'exclusion sociale en raison de baux précaires, de possibilité d'expulsion et de violences domestiques
  • les personnes vivant dans des logements inadéquats tels que des caravanes sur des sites de camping illégaux, des logements insalubres ou surpeuplés
Des personnes dorment dans la rue à Barcelone (Espagne), le 19.10.2020.
Des personnes dorment dans la rue à Barcelone (Espagne), le 19.10.2020.Emilio Morenatti/Copyright 2020 The AP. All rights reserved.

Quels sont les principaux problèmes qui alimentent le phénomène des personnes sans-abri ?

Une étude réalisée en novembre 2023 à la demande de la commission des pétitions du Parlement européen (PETI) a mis en évidence le fait que les groupes défavorisés sont les plus exposés au risque d'exclusion liée au logement. Parmi les facteurs ayant un impact négatif sur les groupes défavorisés on peut citer l'accessibilité au logement, leur disponibilité, la crise du coût de la vie, la stagnation des salaires, les violences domestiques et l'exclusion des systèmes d'aide sociale.

En 2022, près d'une personne sur dix dans l'UE consacrait plus de 40 % de ses revenus au logement. Bien que le droit au logement soit inscrit dans le pilier européen des droits sociaux en tant que droit humain fondamental, de nombreuses personnes ont encore du mal à se loger.

L'augmentation du nombre de sans-abri en Europe

Selon Eurostat, l'office statistique de la Commission européenne, les prix de l'immobilier ont plus que doublé en Estonie, en Hongrie, en Lituanie, en Lettonie, en République tchèque, au Luxembourg et en Autriche entre 2010 et 2023. En outre, si l'on compare le deuxième trimestre 2023 à celui de 2010, les prix des logements ont augmenté davantage que les loyers dans 20 des 27 pays de l'UE.

PETI affirme que les groupes les plus exposés au risque de devenir sans-abri en raison du manque d'accessibilité à un logement sont les familles avec enfants et les ménages monoparentaux. En outre, le surpeuplement, les moisissures, l'humidité, l'exposition à la pollution et les mauvaises conditions sanitaires sont des préoccupations croissantes lorsqu'il s'agit d'évaluer les conditions de logement.

L'Irlande connaît actuellement des niveaux records de sans-abrisme. En octobre dernier, le ministère irlandais du logement a constaté que plus de 9 000 adultes et près de 4 000 enfants vivaient dans des hébergements d'urgence. Si la pénurie de logements abordables en Irlande est un facteur important, le manque de logements disponibles est également un élément moteur de la tendance actuelle.

En 2023, le gouvernement irlandais a estimé qu'il manquait 250 000 maisons, appartements et duplex.

Selon la Commission européenne, le salaire moyen dans l'UE a augmenté de 6 % en 2023, mais cette augmentation marginale n'a pas permis de compenser les taux d'inflation.

Que font donc les gouvernements pour le droit au logement et quels sont les États membres qui, le cas échéant, enregistrent une baisse du nombre de sans-abri ? Découvrez-le dans notre dernier épisode de Real Economy en cliquant sur le lien ci-dessous !

Journaliste • Paul Hackett

Partager cet article