Dior et Saint Laurent défilent à Paris

Dior et Saint Laurent défilent à Paris
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C’est dans le jardin du musée Rodin à Paris que la maison Dior présente sa collection de prêt-à-porter printemps-été 2018. Une grotte artificielle constellée de miroirs reflètent les silhouettes des mannequins.
L’Italienne Maria Grazia Chiuri, la directrice artistique de la maison française s’est s’inspirée de l’allure de Niki de Saint Phalle, femme engagée et audacieuse qu’elle dit admirer.

L’intelligence de Dior, le sentimentalisme de Jacquemus au premier jour de la Fashion Week https://t.co/c9ERavn4HSpic.twitter.com/SDmZ4zGfAe

— L’Obs (@lobs) 27 septembre 2017

#Mode Fashion week de Paris : La femme plurielle chez Dior https://t.co/aBmzLiCmoxpic.twitter.com/fnhMoXMFEt

— ELLEfashion (@ELLEfashion) 27 septembre 2017

Des couleurs vives, des imprimés, le fameux damier et des coeurs rappellent l’oeuvre de l’artiste franco-américaine. Une silhouette juvénile à la fois sportive et romantique. Certains s’attristeront peut-être de l’absence de mannequins aux formes plus généreuses, à l’image des oeuvres de Niki de Saint Phalle.

Dior aux couleurs de Niki de Saint Phalle, Saint Laurent scintille avec la Tour Eiffel https://t.co/Er46GrnNMepic.twitter.com/mNLeYQYOY9

— Infos Actus (@infosActus) 27 septembre 2017

La Tour Eiffel illuminée pour décor du défilé Yves Saint Laurent sous la houlette de son directeur artistique Anthony Vaccarello. La femme Saint Laurent toujours très en jambes, avec des shorts en cuir, des robes boules et une profusion de plumes noires ou blanches. Une collection au diapason avec la Dame de fer, avec une série de vestes éclatantes, entièrement couvertes de broderies brillantes.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'exposition de Burtynsky à la Saatchi Gallery « lève le rideau » sur l'impact de l'homme sur Terre

Vincent Munier nous emmène "En Forêt" au plus près du monde animal sauvage

"La Tête froide", un premier film qui évite les clichés sur la migration