EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Promenade au-dessus des nuages gabonais

Promenade au-dessus des nuages gabonais
Tous droits réservés 
Par Nathan Joubioux
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Abraham Poincheval se plaît à expérimenter le temps à travers des conditions de vie singulières. Dans cette représentation, il se promène dans le ciel du Gabon. Une performance a voir à la Biennale d'art contemporain de Lyon.

PUBLICITÉ

Marcher dans les nuages, Abraham Poincheval en a longtemps rêvé. A la Biennale d'art contemporain de Lyon, il présente sa nouvelle prouesse : attaché à une montgolfière, il se promène dans le ciel du Gabon. 

L'artiste est un habitué des performances étonnantes. En février 2017, il avait passé une semaine enfermé dans un rocher de 12 tonnes. Quelques mois auparavant, il était resté 7 jours au sommet d'un poteau d'une hauteur de 20 mètres à l'extérieur d'une gare parisienne. Pour ne citer que celles-ci.

Être artiste même si c'est pas toujours simple, c'est quand même un endroit de grande liberté, bien entendu cette liberté; elle a un coût elle a une dureté, mais c'est aussi de se dire que l'art, c'est encore un endroit quand même de tous les possibles et ça dépend un peu à chacun, aussi, de se dire un moment voilà, je décide que cet endroit est un espace de liberté et voilà et je le construis et je le conçois
Abraham Poincheval
Artiste

A chaque représentation, Abraham Poincheval repousse les limites physiques et mentales pour explorer le monde, la nature humaine et la liberté de l'art. Dans celle-ci, il a observé le ciel à la recherche de paysages changeants, où les montagnes et les plaines se défont et renaissent à chaque instant qui passe.

C'est ça aussi qui me plaît énormément dans mes projets c'est ce moment où on se dit "bon y a un risque, y a un jeu, c'est du jeu, c'est du risque" et en même temps c'est un jeu, un vrai jeu c'est à dire qu'on peut y perdre quelque chose, on peut y perdre énormément, on peut y perdre la vie. C'est ça aussi qui m'intéresse : trouver ce juste passage, cette juste frontière où on est à cette limite où les choses sont viables et en même temps il suffirait d'un rien pour que tout ça disparaisse.
Abraham Poincheval
Artiste

Son idée était également de traverser une frontière pour prouver que les nuages constituent encore un espace de liberté. L'installation vidéo d'Abraham Poincheval peut être vue à la Biennale d'Art Contemporain de Lyon jusqu'au début du mois de janvier.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Prix Turner 2019 : des artistes engagés

Le district culturel transforme l'espace artistique d'Abu Dhabi

Les Voix de la promotion—Le district culturel de Saadiyat à Abu Dhabi promeut la créativité mondiale