This content is not available in your region

Le festival InClassica de Dubaï a célébré ses dix ans

euronews_icons_loading
InClassica
InClassica   -   Tous droits réservés  euronews
Par Natalie Lindo

Décrit comme le plus grand observatoire musical du monde, le festival international de musique InClassica attire certains des plus brillants musiciens internationaux pour continuer à captiver les fans et toucher aussi de nouveaux publics.

"Chaque fois que je suis sur scène et que je communique grâce à la musique, ces choses qui sortent en quelque sorte dans mon imagination, j'ai l'impression que c'est juste très amusant à réaliser. Et dans un sens, c'est aussi la chose la plus gratifiante que j'ai faite jusqu'à présent", exprime le pianiste et compositeur Kit Armstrong.

Natalie Lindo, Euronews : C'est votre première fois à Dubaï. Qu'est-ce que cela vous fait de partager votre musique avec des gens du monde entier ?

Kit Armstrong : "C'est probablement la chose la plus importante en matière d’effort artistique, parce que la magie de la musique est quelque chose qui ne se produit que lorsqu’il y a deux côtés. Il y a celui qui fait de la musique et celui qui la reçoit. Ce n'est pas une forme d'art qui peut se suffire à elle-même. Il s’agit vraiment de personnes, de gens.”

InClassica a pour but de réunir des musiciens établis de renommée mondiale et de jeunes talents de manière accessible et collaborative. L'un des temps forts de cette rencontre a été la découverte d’un violoniste suédois de 20 ans très demandé.

"Je crois que les spectacles en direct peuvent amener les gens à penser et à ressentir les choses différemment. Cela peut être une source d'inspiration quand je veux leur faire ressentir des émotions que le compositeur voulait exprimer dans sa musique. Si les gens sont prêts à écouter et à ressentir cela, cela peut être une grande expérience dont ils se souviendront, peut-être jusqu'à la fin de leur vie", raconte le violoniste Daniel Lozakovich.

Lors du concert de clôture de la grande finale, Daniel Lozakovich a interprété le Concerto pour violon et orchestre en si mineur d'Alexey Shor, le compositeur en résidence du festival.

"Ce que les gens admirent vraiment dans sa musique, c'est qu'elle est si joliment mélodique et qu'elle comporte tant de grands passages lyriques et de mélodies", détaille le jeune violoniste suédois.

Le festival international de musique InClassica est organisé par la Fondation européenne pour le soutien à la culture. Il célébrait cette année son 10e anniversaire.

"C'est une opportunité incroyable d'entendre ma musique jouée par certaines des plus grandes stars du monde et certains des meilleurs orchestres internationaux. C'est un rêve qui devient réalité", reconnaît Alexey Shor.

Jon Gambrell/Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.
L'Opéra de Dubaï est un centre d'arts de la scène de 2 000 places situé dans le quartier de l'opéra, dans le centre-ville de Dubaï.Jon Gambrell/Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.

Le festival, qui se déroule à l'Opéra de Dubaï et à la Coca-Cola Arena, attire certains des plus grands musiciens et talents du milieu, dont beaucoup sont désireux de se produire devant de nouveaux publics, comme Maxime Vengerov, violoniste, chef d’orchestre et professeur de musique. Il explique pourquoi il a choisi de jouer du violon et sa fascination pour cet instrument.

"Jouer du violon, c'est un peu comme prolonger son corps. Le piano est assez loin du corps, mais le violon est près du cœur. Il est comme une extension du corps et l'archet une extension du bras. C’est aussi pour cela que le violon m'a toujours fait penser à une voix humaine que je peux imiter. C'est une des raisons pour lesquelles j'ai choisi cet instrument, pour sa beauté et pour les possibilités qu’il offre de pouvoir esquisser dans des couleurs étonnantes", dit-il.

Après avoir épaté le public de Dubaï avec ses 37 solistes, 12 chefs d'orchestre et sept orchestres, la 10e édition de ce festival s'est terminée sur une très bonne note.