PUBLICITÉ

Le Fifac met en lumière les Caraïbes et l'Amazonie en Guyane française

Capture d'écran, bande-annonce officielle Fifac 2022
Capture d'écran, bande-annonce officielle Fifac 2022 Tous droits réservés FIFAC 2022
Tous droits réservés FIFAC 2022
Par Frédéric Ponsard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Fifac en Guyane française met en lumière aux confins de l'Europe les films venus des Caraïbes et d'Amazonie. Un croisement de cultures, dans des régions marqués par l'héritage colonial, la violence et les enjeux écologiques.

PUBLICITÉ

Le Fifac est un festival qui se déroule aux confins de l'Europe, à Saint-Laurent du Maroni en Guyane française, en Amérique du Sud.

Au programme, plus de 40 documentaires de tous formats, une compétition internationale et des rencontres professionnelles.

La Guyane, une région frontalière du Brésil et du Surinam, entre l'Atlantique et l'Amazonie et riche de mille cultures. La Guyane : un croisement des cultures, avant d'être le bout du monde.

"En Guyane, toutes les cultures du monde sont représentées : afro-caribéenne, africaine, asiatique, chinois, Mong, libanaise, créole bien évidemment, la culture Bushinengué et les noirs marrons qui viennent du Surinam, qui viennent aussi d'Afrique"
Frédéric BELLENEY
Délégué général FIFAC

Parmi les 10 films de long métrage en compétition, 'Edna', une femme vivant au bord de l’autoroute 'Transbrasiliana' en Amazonie brésilienne, et témoin d’une terre mise en ruine et des massacres des bandes criminelles, des milices, avec la dictature militaire de Bolsonaro en contrechamps.

Edna, le portrait magnifique d'une survivante qui résiste contre cette guerre « qui ne finit jamais ».

"L'histoire de la Caraïbe est une histoire récente très douloureuse avec l'esclavage et le colonialisme. L'Amérique du sud, c'est une histoire très violente. Dans les documentaires, c'est quelque chose de récurrent et qui se traite chaque fois différemment."
Frédéric BELLENEY
Délégué général Fifac

Le Fifac en Guyane française met en lumière un croisement de cultures, dans des régions marqués par l'héritage colonial, la violence et les enjeux écologiques.

"L'histoire de la Caraïbe est une histoire récente très douloureuse avec l'esclavage et le colonialisme. L'Amérique du sud, c'est une histoire très violente. C'est quelque chose de récurrent et qui se traite chaque fois différemment dans les documentaires."
Délégué général Fifac

Toutes les projections en plein air se déroulent symboliquement dans l'ex-bagne de la Transportation, de sinistre mémoire.

Le Festival international du film documentaire Amazonie-Caraïbes se tient à Saint-Laurent du Maroni jusqu'au 15 octobre.

Video editor • Frédéric Ponsard

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le surréalisme, l'art des périodes troublées au cœur d'une exposition à Londres

La "Montagne d'or", projet destructeur pour l'Amazonie. Que dit Macron ?

Art Paris 2024 : La diversité de la scène artistique française et ses jeunes talents à l'honneur