PUBLICITÉ

La ville de Lyon "se transforme en danse" grâce à sa Biennale 2023

La ville de Lyon "se transforme en danse" grâce à sa Biennale 2023
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Frédéric Ponsard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs milliers de personnes ont participé à un défilé dansant dans les rues de Lyon, donnant le coup d'envoi de l'édition 2023 de la Biennale de la danse. Au programme : une cinquantaine de spectacles et des évènements véritablement ouverts à tou(te)s.

PUBLICITÉ

La Biennale de la danse 2023 vient de s'ouvrir à Lyon avec son traditionnel défilé qui revient enfin dans les rues, après les années Covid. Près de 4000 danseurs, musiciens et costumiers, amateurs pour la plupart, ont fait battre en rythme, le centre-ville de Lyon, avec, pour fil conducteur, le dialogue entre arts et sports. Un événement fédérateur qui touche tous les publics.

Le défilé, "le grand marqueur de la démocratisation de la danse" selon Tiago Guedes

"Le défilé, c'est un projet-phare de ce que l'on appelle aujourd'hui l'action culturelle, la médiation culturelle," indique pour Euronews, Tiago Gedes, directeur artistique de la Biennale de la danse.

"C'est vraiment un an de travail entre des chorégraphes professionnels et des amateurs au niveau de la danse, mais aussi de la musique, des costumes ou encore des chars, c'est l'art total," estime-t-il. "La ville se transforme en danse et tout le monde danse, avec cette idée que la danse est partout et la danse est pour toutes et tous," souligne-t-il avec enthousiasme.

"La Biennale doit donner de la visibilité à toutes ces danses et le défilé, c'est le grand marqueur de cette idée de démocratisation de la danse," assure-t-il.

Tous les groupes de danse se sont retrouvés sur la grande Place Bellecour pour célébrer le lancement de cette Biennale 2023.

Une cinquantaine de spectacles

Près d'une cinquantaine de spectacles venus de France, d'Europe et du monde entier sont présentés pendant trois semaines à Lyon et dans toute la région et dont presque la moitié sont des créations.

La Biennale investit aussi des friches industrielles comme les anciennes Usines Fagor pour créer des événements éphémères, insolites et conviviaux.

Des dance floors inclusifs

Sous l'appellation "Club Bingo", la Biennale propose une programmation axée sur le monde de la nuit, des battles de DJ's et de nombreuses soirées joyeusement influencées par la culture du voguing, célébrant les marges et les minorités, et où tous les publics sont les bienvenus.

"On est tous.tes danseurs et danseuses et nous, ce que l'on a voulu montrer, c'est qu'à Lyon, il y avait de nombreux collectifs qui organisent des fêtes dans plein de lieux alternatifs," explique Rose-Amélie Da Cunha, programmatrice du Club Bingo. "On a invité ces collectifs-là à organiser ces fêtes avec nous pour mettre en place des dance floors qui soient libérateurs, joyeux, inclusifs et le plus "safe" possible," indique-t-elle.

L'idée force de cette Biennale est bien de ne laisser personne sur le côté de la piste. Une manière aussi de casser l'image parfois élitiste que peut avoir la danse contemporaine et de mélanger les genres et les styles.

La Biennale de la danse de Lyon qui se déroule jusqu'au 30 septembre se veut avant tout un rendez-vous populaire, festif et bien sûr artistique, un événement résolument contemporain, urbain et inclusif.

Journaliste • Frédéric Ponsard

Video editor • Christophe Pitiot

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La rencontre de la musique électro de Rone et des danseurs du collectif (LA)HORDE illumine Lyon

La Biennale de la danse de Lyon 2021 fait place aux jeunes

District culturel de Saadiyat : l'un des plus grands centres culturels prêt pour 2025