EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le mouvement "no wash" ou comment moins laver ses vêtements pour sauver la planète

Où est le savon ? Des mannequins montrent leurs sous-vêtements lors de la présentation de la collection printemps-été 2005 de Dolce & Gabbana, Milan, Italie, 29 juin 2004.
Où est le savon ? Des mannequins montrent leurs sous-vêtements lors de la présentation de la collection printemps-été 2005 de Dolce & Gabbana, Milan, Italie, 29 juin 2004. Tous droits réservés Antonio Calanni/AP2004
Tous droits réservés Antonio Calanni/AP2004
Par Phoebe Larner
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Lancé par la créatrice de mode Stella McCartney et rendu populaire par la plateforme "TikTok", le mouvement "no wash" vise à économiser de l'argent et à préserver la planète. D'un point de vue culturel, cependant, il pourrait faire tache d'huile.

PUBLICITÉ

Avec plus de 15 millions de vues sur TikTok, le mouvement "no-wash" a récemment gagné en popularité. C'est la créatrice de mode britannique, Stella McCartney, qui en est à l'origine. Elle a déclaré au journal The Observer : "dans la vie, la règle de base est que si vous n'avez pas absolument besoin de nettoyer quelque chose, ne le faites pas".

Cette tendance invite les gens à moins laver leurs vêtements et leurs cheveux, voire à ne pas les laver du tout, et vise à répondre aux préoccupations liées au réchauffement climatique. Les détergents à forte teneur en carbone ont un impact négatif sur l'environnement et il en va de même pour les quantités et l'utilisation de l'eau dans les bains.

Mais ce n'est pas tout. Les machines à laver utilisent jusqu'à 17 % de la consommation totale d'eau et, avec l'augmentation des dépenses due à la crise du coût de la vie, cela a un impact négatif sur les factures des ménages. En d'autres termes, "ne pas laver" est aussi un bon moyen d'économiser de l'argent.

Une question d'hygiène

Par habitude, un grand nombre de personnes lavent leurs vêtements après chaque utilisation. Mais est-ce nécessaire ?

Il s'agit avant tout d'une question d'hygiène et de ce que nous ressentons lorsque nous ne portons pas de vêtements propres. La sueur est généralement le principal responsable de la mise au rebut des vêtements. Mais pour la plupart des gens, la routine quotidienne du travail, dans un bureau par exemple, ne risque pas de vous faire transpirer.

Ryan Soderlin/AP/Casper Star-Tribune
Après une journée passée dans les champs pétrolifères du Wyoming, Joey Jackson nettoie ses vêtements de travail dans une blanchisserie à Casper, 2006Ryan Soderlin/AP/Casper Star-Tribune

Les vêtements peuvent donc être portés plusieurs fois sans sentir mauvais. Il est également possible de modifier les vêtements que nous portons pour y inclure des tissus plus respirants tels que le coton. Il est également possible d'inclure des laines, connues pour leurs propriétés naturelles d'autonettoyage et d'absence d'odeurs.

Règle empirique

Pour en revenir à la "règle de base" de Stella McCartney, l'endroit où vous vivez est un facteur clé pour savoir s'il est facile de suivre la tendance.

Si vous vivez dans un pays chaud, il est difficile d'éviter la transpiration et la laine n'est certainement pas la meilleure option. Une meilleure solution que la politique du "pas de lavage" est de s'engager à effectuer des lavages froids et limités.

De plus, on dit que le fait de laver les vêtements moins souvent est en fait meilleur pour faire durer un vêtement plus longtemps. Un autre avantage pour l'environnement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Il faut créer des systèmes agricoles vraiment nouveaux"

Le "double lavage de vaisselle", une habitude nuisible au porte-monnaie et aux économies d'énergie

Donald Sutherland, la star de "Don't Look Now", "M.A.S.H.", "The Hunger Games", est décédé à 88 ans