EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Prix du cinéma européen 2023 : quel est le meilleur film de l'année ?

Prix du cinéma européen 2023 : qui remportera le prix du meilleur film européen cette année ?
Prix du cinéma européen 2023 : qui remportera le prix du meilleur film européen cette année ? Tous droits réservés  The Match Factory – Diaphana Films / A24 / Le Pacte / Venice Film Festival / 01 Distribution
Tous droits réservés  The Match Factory – Diaphana Films / A24 / Le Pacte / Venice Film Festival / 01 Distribution
Par David Mouriquand
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les cinq films nommés pour le prix du meilleur film européen de 2023 aux European Film Awards sont parmi les plus mémorables de l'année. Nos coups de coeur et nos pronostiques.

PUBLICITÉ

Les European Film Awards, qui récompensent les plus grandes réalisations du cinéma européen, approchent à grands pas.

La cérémonie, qui se déroule ce week-end (samedi 9 décembre) à Berlin, sera retransmise en direct sur Euronews Culture, et nous serons sur place pour vous tenir au courant de tous les résultats.

Et cette année la compétition s'annonce rude.

Parmi les films nommés cette année pour le prix convoité du meilleur film européen, trois ont été présentés en première mondiale à Cannes et y ont remporté des prix prestigieux (Anatomie d'une chute - Palme d'or ; La zone d'intérêt - Grand prix de Cannes et prix FIPRESCI ; Fallen Leaves - Prix du jury), tandis que les deux autres nominés ont été présentés en première mondiale à Venise cette année - Green Border et Me Captain - et sont également repartis avec des trophées : Prix spécial du jury et Meilleur acteur respectivement.

La course est serrée et chaque film pourrait bien remporter le prix principal.

Examinons les nominations du meilleur film en détail, avant de se lancer dans les pronostics...

Anatomie d'une chute (Anatomy of a Fall)

Réalisé par Justine Triet (France)

Le lauréat de la Palme d'or de cette année raconte l'histoire passionnante d'une enquête pour meurtre dans les Alpes qui se transforme en drame judiciaire captivant, porté par la performance exceptionnelle de Sandra Hüller (qui est nommée deux fois pour le prix de la meilleure actrice cette année - pour Anatomie d'une chute et La zone d'intérêt).

Le polar atypique de la réalisatrice française Justine Triet traite de la parentalité et du poids des responsabilités dans les relations. En particulier lorsque cette relation est disséquée en public, aux yeux de tous, ce qui permet à la réalisatrice d'utiliser le système judiciaire comme tremplin pour dénoncer des préjugés misogynes bien ancrés. Le personnage principal, Sandra (interprété par Sandra Hüller), n'est pas la victime idéale qui se bat pour que son innocence soit entendue ; elle parle sans détour de l'imperfection de ses relations et donne l'impression d'être un être humain à part entière, par opposition au cliché de la martyre irréprochable qui lutte pour sa survie.

Ce qui est le plus impressionnant dans le scénario, c'est qu'au lieu de suivre la voie sulfureuse de Basic Instinct (Sandra, une romancière bisexuelle accusée de meurtre, pourrait ressembler à la Catherine Tramell de Sharon Stone sur le papier), le film propose une méditation complexe sur la perception et la narration. Ainsi, le sentiment d'incertitude permanent devient addictif tout au long du film.

Le film est déjà présenté comme un favori pour les récompenses, ayant obtenu le prix du meilleur scénario et du meilleur film international aux Gotham Independent Film Awards, ainsi que le prix du meilleur film en langue étrangère aux New York Film Critics Circle Awards. Tout porte à croire qu'il remportera le gros lot dans toutes ces catégories aux European Film Awards : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénariste et meilleure actrice. 

De plus, les EFA n'hésitent pas à décerner plusieurs prix à un même film, comme on l'a vu l'année dernière pour Triangle of Sadness(Sans Filtre), qui a remporté quatre prix : meilleur film, réalisateur, scénariste et acteur. A suivre donc...

Toutefois, si Anatomie d'une chute est un drame qui suscite la réflexion et qui offre une vraie profondeur émotionnelle, il ne semble pas avoir la même longévité que les précédents lauréats du Festival de Cannes. Osons le dire, il est déjà un peu surestimé. Cela dit, le public international l'adore et nous ne serions pas surpris qu'il reparte de Berlin avec de nombreux trophées.

Espérons que le palmarès de samedi sera un peu plus diversifié que celui de l'année dernière, afin de permettre à plus de films de se faire remarquer...

Fallen Leaves (Kuolleet Lehdet)

Réalisé par Aki Kaurismäki (Finlande, Allemagne)

PUBLICITÉ

Aki Kaurismäki a offert au Festival de Cannes cette année l'un de ses meilleurs films en compétition. Fallen Leaves a remporté le troisième prix du jury et a été sélectionné pour représenter la Finlande à l'Oscar 2024 du meilleur film international.

Pour son premier film en six ans et le quatrième chapitre de sa "trilogie de la classe ouvrière"(Ombres au paradis, Ariel, La Fille aux allumettes), le maître finlandais du pince-sans-rire a livré ce qui pourrait être la comédie romantique la plus chaleureuse et la plus sombre de 2023. Et force est de constater que le bien-être à la finlandaise est étrangement addictif.

L'histoire de deux âmes perdues forgeant un lien beau et étrange malgré les obstacles coche beaucoup de cases du cahier des charges hollywoodien. Cependant, la mélancolie tragicomique fonctionne ici à merveille, car le réalisateur façonne une romance de classe ouvrière qui se développe comme une farce joyeuse, avec toutes les marques de fabrique Kaurismäkiennes : un détachement silencieux reflétant les émotions profondes que les personnages ne peuvent exprimer ; des remarques ironiques et des gags pleins d'esprit ; plusieurs hommages subtils à ses héros cinéastes - ici Ozu et Bresson en particulier ; et ces portraits composés avec précision, baignés d'ombres et rehaussés de couleurs qui découlent de la collaboration continue du réalisateur avec le directeur de la photographie Timo Salminen.

Les fans du réalisateur ne trouveront rien de nouveau ici, mais c'est toujours un véritable plaisir à expérimenter. Il nous rappelle que s'abandonner au hasard des rencontres et se laisser aller à l'amour sont les seules attitudes saines lorsque le monde autour de vous s'écroule. Et c'est ce dont nous avons le plus besoin de nos jours...

PUBLICITÉ

Le film est nommé pour les prix du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénariste, du meilleur acteur et de la meilleure actrice. N'importe quelle autre année, il serait en bonne place pour remporter la plupart de ces catégories. Cependant, nous soupçonnons qu'il sera éclipsé par Anatomie d'une chute...

Green Border (Zielona Granica)

Réalisé par Agnieszka Holland (Pologne, France, République tchèque, Belgique)

Green Border est un réquisitoire émotionnellement dévastateur sur la crise persistante de l'UE et l'un des meilleurs films d'Agnieszka Holland.

Le titre fait référence aux forêts qui constituent le no man's land entre le Bélarus et la Pologne. Dans cette région sauvage, des réfugiés du Moyen-Orient et d'Afrique tentent désespérément d'atteindre l'Union européenne et se retrouvent piégés dans un va-et-vient absurde supervisé à la fois par les gouvernements bélarusse et polonais. Les réfugiés sont attirés à la frontière par la promesse d'un passage sûr vers l'UE. En réalité, ils sont des pions politiques dans un jeu truqué orchestré par le dictateur bélarusse Alexandre Loukachenko ; ils sont brutalement expulsés entre les deux parties, dont aucune ne revendique la responsabilité, les condamnant ainsi à une attente interminable.

PUBLICITÉ

Green Border est l'un des films les plus captivants que vous verrez l'année prochaine (il n'est pas encore sorti sur la plupart des écrans européens). C'est un cri du cœur incisif et cinématographiquement puissant qui donne une voix à ceux qui n'en ont pas.

C'est la réalisatrice Agnieszka Holland qui l'a le mieux exprimé dans ses notes de mise en scène : "Nous vivons dans un monde où il faut beaucoup d'imagination et de courage pour relever tous les défis des temps modernes. La révolution des réseaux sociaux et l'intelligence artificielle font qu'il est de plus en plus difficile pour les voix authentiques de se faire entendre. Selon moi, il ne sert à rien de s'engager dans l'art si l'on ne se bat pas pour cette voix, si l'on ne se bat pas pour poser des questions sur des sujets importants, douloureux, parfois insolubles, qui nous placent devant des choix dramatiques."

Le film est notre choix pour le prix principal cette année, non seulement en raison de son message opportun, mais aussi parce que rares sont les films qui parviennent à mêler aussi habilement une colère juste et une réalisation intelligente, en racontant une histoire humaine qui ne dévie pas vers un harcèlement qui pourrait alimenter la lassitude du public à l'égard des récits d'immigration à l'écran.

En dénonçant les politiques inhumaines de la Pologne et en posant des questions essentielles sur la responsabilité collective dans le paysage géopolitique de l'Europe, le film a été la cible de beaucoup de haine. Par exemple, le ministre polonais de la justice, Zbigniew Ziobro, a qualifié Green Border de "propagande du Troisième Reich", sans avoir vu le film. Le venin droitiste dirigé contre Agnieszka Holland et son film a été contré par le soutien de la Fédération européenne des réalisateurs de l'audiovisuel (FERA) et de l'Académie européenne du cinéma (EFA).

PUBLICITÉ

Quelle meilleure façon d'honorer un film étonnant et plein de compassion ET d'envoyer un message que de décerner le prix du meilleur film à Green Border cette année ?

Me Captain (Io Capitano)

Réalisé par Matteo Garrone (Italie, Belgique)

Autre titre fort de la Mostra de Venise de cette année, Io Capitano, du réalisateur italien Matteo Garrone, met un visage sur la crise des migrants.

Il se concentre sur Seydou (Seydou Sarr) - qui aurait pu être un véritable candidat dans la catégorie du meilleur acteur - un jeune homme sans aucune expérience nautique, mais qui est chargé par un passeur d'endosser le rôle de capitaine et de diriger une embarcation transportant 250 personnes à travers la Méditerranée.

PUBLICITÉ

Io Capitanos'inspire de faits réels et jette un regard sans fard sur une descente aux enfers qui reflète le sort de tant de personnes qui entreprennent le périlleux voyage vers l'Europe, en rêvant d'une vie meilleure.

Comme Green Border, il est incroyablement d'actualité. Cependant, il semble être le plus faible des cinq films nominés pour le prix du meilleur film. Bien qu'il vaille la peine d'être vu, nous doutons qu'il remporte le prix principal cette année.

La zone d'intérêt

Réalisé par Jonathan Glazer (Royaume-Uni, Pologne, États-Unis)

Le drame éprouvant de Jonathan Glazer sur l'Holocauste, The Zone of Interest, est en tête des nominations de l'EPT cette année et a été sélectionné comme entrée officielle du Royaume-Uni pour les Oscars 2024dans la catégorie Meilleur long métrage international. C'est un film profondément dérangeant et audacieux qui vous laissera ébranlé - une fois que vous l'aurez vu dans les salles en janvier.

PUBLICITÉ

Librement inspiré du roman de Martin Amis paru en 2014, The Zone of Interest est le premier long métrage de Jonathan Glazer en dix ans, après Under The Skin en 2013. Il suit le commandant du camp d'Auschwitz Rudolf Höss (Christian Friedel) et sa femme Hedwig (Sandra Hüller), qui construisent tous deux une vie de rêve pour leur famille dans leur maison située de l'autre côté du mur du camp de concentration.

Nous observons la vie domestique quotidienne de la famille : les visites d'amis, les domestiques qui veillent à la propreté de la maison, Hedwig qui s'occupe de son "jardin paradisiaque" et qui apprécie l'espace de vie qu'elle a construit à côté d'un espace de mort.

Des centaines de films ont abordé le sujet de l'Holocauste, mais peu ont réussi ce que le réalisateur britannique Jonathan Glazer a fait avec La zone d'intérêt. De nombreux films, comme Laliste de Schindler et Le fils de Saul, ont évoqué les horreurs inimaginables de ce qu'il s'est passé entre les murs des camps de concentration et plusieurs ont abordé ce que Hannah Arendt appelait la "banalité du mal". 

Cependant, peu de films ont repris ce concept et l'ont porté à l'écran d'une manière aussi effrayante, en explorant non seulement la banalité du mal, mais aussi l'humanité troublante qui se cache derrière la vie de ceux qui commettent les crimes les plus inavouables.

PUBLICITÉ

Le film de Jonathan Glazer est, d'un point de vue formel, un coup de maître audacieux qui brise les attentes conventionnelles sur un tel sujet. Les étudiants en cinéma se pencheront sur ce film pendant des années, analysant (entre autres) la façon dont les cadrages et les rares travellings transmettent tant de choses, ainsi que l'effet créé par les plans monochromes et les sons d'alarme bourdonnants du compositeur Mica Levi - qui semblent émaner des entrailles les plus profondes de l'enfer.

Il y a tant de choses à apprécier et à étudier dans la représentation audacieuse de la "solution finale" par Jonathan Glazer. Le film figure déjà dans notre liste des meilleurs films européens du 21ème siècle et, s'il était sorti dans les cinémas européens cette année, il y a de fortes chances qu'il aurait décroché la première place de notre catégorie "Meilleur film de 2023". Il est possible qu'il soit un peu trop audacieux pour les spectateurs, et même si nous serions ravis qu'il remporte le prix du meilleur film samedi, nous serons franchement déçus si Jonathan Glazer n'est pas au moins récompensé par le prix du meilleur réalisateur.

Les pronostics

Le moment est venu de sortir nos boules de cristal et de prédire les lauréats de la 36ème édition des European Film Awards. Comme vous pouvez le constater, il n'est pas facile de faire des pronostics, tant les films méritant d'être récompensés sont nombreux.

Ceci étant dit, voici notre liste :

PUBLICITÉ

Film européen :

Gagnera : ANATOMIE D'UNE CHUTE - Réalisé par Justine Triet (France)

Devrait gagner : GREEN BORDER (ZIELONA GRANICA) - Réalisé par Agnieszka Holland (Pologne, France, République tchèque, Belgique)

Réalisateur européen :

PUBLICITÉ

Gagnera : Agnieszka Holland pour GREEN BORDER

Devrait gagner : Jonathan Glazer pour LA ZONE D'INTÉRÊT

Actrice européenne :

Gagnera: Sandra Hüller dans ANATOMIE D'UNE CHUTE / LA ZONE D'INTÉRÊT

PUBLICITÉ

Devraitgagner : Sandra Hüller dans ANATOMIE D'UNE CHUTE / LA ZONE D'INTÉRÊT

Acteur européen :

Gagnera : Josh O'Connor dans LA CHIMERA

Devrait gagner : Mads Mikkelsen dans LA TERRE PROMISE

PUBLICITÉ

Scénariste européen :

Gagnera : Justine Triet et Arthur Harari pour ANATOMIE D'UNE CHUTE

Devrait gagner : Aki Kaurismäki pour FALLEN LEAVES

Documentaire européen :

PUBLICITÉ

Gagnera : FOUR DAUGHTERS (LES FILLES D'OLFA) - Réalisé par Kaouther Ben Hania (France, Tunisie, Allemagne, Arabie Saoudite)

Devrait gagner : FOUR DAUGHTERS (LES FILLES D'OLFA) - Réalisé par Kaouther Ben Hania (France, Tunisie, Allemagne, Arabie Saoudite)

Découverte européenne - Prix FIPRESCI

Gagnera: HOW TO HAVE SEX réalisé par Molly Manning Walker (Royaume-Uni, Grèce)

PUBLICITÉ

Devrait gagner : VINCENT DOIT MOURIR réalisé par Stéphan Castang (France)

Les lauréats des European Film Awards 2023 seront annoncés à Berlin le samedi 9 décembre. Mettez Euronews Culture en favori pour une couverture complète de la soirée et pour des interviews exclusives. Et applaudissez-nous peut-être pour le nombre de catégories que nous avons correctement prédites.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Juliette Binoche remplacera Agnieszka Holland à la présidence de l'Académie européenne du cinéma

Cinéma : retour sur un premier semestre réjouissant

F1 : le coming out de Ralf Schumacher ouvre la voie à une plus grande diversité