La légendaire course des serveurs parisiens revient à temps pour les Jeux olympiques

Des personnes habillées en serveurs portent des plateaux de boissons alors qu'elles participent à une course dans les rues de Paris.
Des personnes habillées en serveurs portent des plateaux de boissons alors qu'elles participent à une course dans les rues de Paris. Tous droits réservés Thibault Camus/AP2011
Tous droits réservés Thibault Camus/AP2011
Par Estelle Nilsson-Julien
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La célèbre course des serveurs parisiens sera de retour dans la capitale en mars, pour la première fois depuis 13 ans.

PUBLICITÉ

Avant le coup d'envoi des Jeux olympiques en juillet, c'est le personnel des restaurants de la ville qui courra à travers la ville le 24 mars. La fameuse "course des cafés", dont la première édition a eu lieu en 1914, revient dans la capitale après une interruption de 13 ans.

200 serveurs et serveuses effectueront une boucle de deux kilomètres dans le quartier historique du Marais, en tenant en équilibre un café, un croissant et un verre d'eau sur un plateau d'argent.

Le serveur Didier Hubert, au centre, indique une direction à un client du café "Au petit Fer à Cheval", dans le quartier historique du Marais à Paris.
Le serveur Didier Hubert, au centre, indique une direction à un client du café "Au petit Fer à Cheval", dans le quartier historique du Marais à Paris.Thibault Camus/Copyright 2019 The AP. All rights reserved

Comme dans tout café digne de ce nom, les éclaboussures doivent être évitées et il est rigoureusement interdit aux participants de courir. Pas de tenue de sport non plus pour les serveurs, qui devront porter un uniforme traditionnel composé d'une chemise blanche, d'un pantalon noir et d'un tablier.

"Ce n'est pas une course des garçons de café"

"Cette année, c'est une 'course des cafés', pas une 'course des garçons'", explique à Euronews Culture Nicolas Bonnet, adjoint au maire de Paris chargé du commerce, de l'artisanat, des professions libérales et des métiers de l'art et de la mode.

La course avait été suspendue en 2011 faute de sponsors. Cette année, deux des plus grands syndicats de l'hôtellerie et de la restauration de France, ainsi que la compagnie des eaux de la ville, apportent leur soutien financier.

Héloïse Brebion pose à l'intérieur de son bar, quelques minutes avant que les restrictions liées à la pandémie de 2020 ne l'obligent à fermer.
Héloïse Brebion pose à l'intérieur de son bar, quelques minutes avant que les restrictions liées à la pandémie de 2020 ne l'obligent à fermer.Lewis Joly/Copyright 2020 The AP. All rights reserved

"Nous voulons montrer au monde ce que nous faisons ici à Paris", ajoute Nicolas Bonnet.

Cette nouvelle édition comprendra une catégorie de prix pour les serveuses et les serveurs, ainsi qu'un groupe distinct pour les apprentis restaurateurs.

50 cafés et restaurants seront médaillés

La course marquera le point culminant d'un programme d'événements d'une semaine qui célèbrera la culture des cafés parisiens, ainsi que l'art du service à la française.

"Notre objectif est de mettre en lumière le travail de nos restaurateurs et cafetiers. Le secteur a été durement touché par la pandémie de Covid-19 et de nombreux employés continuent à travailler dans des conditions difficiles, commençant leur journée très tôt ou finissant très tard", déclare Nicolas Bonnet.

Des personnes sont assises à la terrasse du Café de Flore à Paris, mardi 2 juin 2020.
Des personnes sont assises à la terrasse du Café de Flore à Paris, mardi 2 juin 2020.Christophe Ena/Copyright 2020 The AP. All rights reserved

50 restaurants et cafés de la ville, sélectionnés par l'Association des Bistrots et Cafés de France, recevront des médailles pour leur travail.

L'association fait campagne pour que l'UNESCO inscrive la culture française des cafés au "patrimoine culturel immatériel", une classification relative aux connaissances et compétences qui sont détenues dans un secteur spécifique et qui se transmettent d'une génération à l'autre.

Pour beaucoup, cette démarche est d'autant plus importante que le nombre de cafés et de restaurants en France est en baisse. En 1960, la France comptait environ 200 000 bistrots, contre 40 000 aujourd'hui.

Courses de serveurs à l'étranger

Quelque 200 serveurs ont participé à une course de 1600 mètres dans le centre de Buenos Aires, en 2004.
Quelque 200 serveurs ont participé à une course de 1600 mètres dans le centre de Buenos Aires, en 2004.NATACHA PISARENKO/AP2004

D'autres villes françaises, comme Limoges, ont mis en place des courses de serveurs. Mais ces événements ne sont pas exclusivement français, puisqu'ils ont vu le jour dans de nombreuses villes européennes, dont Bruxelles et Londres, et sur d'autres continents, notamment à Washington, Buenos Aires et Tokyo.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

J.O. de Paris : Emmanuel Macron annule le projet de délocalisation des bouquinistes

Paris 2024 : accueillir les Jeux olympiques rime-t-il avec croissance économique ?

A six mois des JO, un symbole pour porter la flamme