This content is not available in your region

L'aquaculture irlandaise mise sur la vente au détail haut de gamme en ces temps de Covid-19

euronews_icons_loading
L'aquaculture irlandaise mise sur la vente au détail haut de gamme en ces temps de Covid-19
Tous droits réservés  Euronews
Par Denis Loctier
Taille du texte Aa Aa

L'Irlande est l'État membre de l'Union européenne leader de l'aquaculture propre : elle produit chaque année, environ 30.000 tonnes de poissons et mollusques certifiés biologiques.

L'agence de développement des fruits de mer d'Irlande BIM soutient ce secteur en travaillant aux côtés des entreprises locales en bénéficiant de subventions européennes issues du Fonds pour les affaires maritimes et la pêche.

"La demande repart"

Frappés par la crise de la Covid-19, les producteurs de moules de corde irlandais notamment se sont maintenus à flot grâce à la vente au détail haut de gamme.

John Harrington, directeur général de l'entreprise Kush Seafarms, nous explique comment il a été impacté. "Notre activité a été touchée de manière importante en mars parce que dans les premiers moments de la crise, tout a fermé d'un coup, plus rien ne bougeait," raconte-t-il.

"Aujourd'hui, comme on est entré dans une nouvelle saison, les choses vont mieux parce qu'on n'est pas confiné partout, les restaurants rouvrent dans un pays, ferment dans un autre et il y a de nouveau de la demande pour nos produits," fait-il remarquer avant de lancer : "Les gens ont besoin de manger et on est dans l'alimentaire, donc on ne va pas s'arrêter de travailler."

"Les professionnels sont allés vers les points de vente au détail"

Richard Donnelly, responsable saumons et mollusques à l'agence BIM, renchérit : "Cela a représenté un vrai défi en Irlande parce que notre pays est tourné vers l'export et nous plaçons nos produits dans de nombreux restaurants hauts de gamme. Mais pour vous montrer combien notre secteur est dynamique, les professionnels ont été capables de changer de marchés et d'aller vers les points de vente au détail," explique-t-il.

"Nous avons eu une réduction en volume, mais les prix sont restés relativement élevés : nous avons conservé plus ou moins le même niveau pour tous nos produits entre 2019 et 2020," poursuit Richard Donnelly. "Par exemple, notre saumon biologique se vend aujourd'hui beaucoup plus au détail parce que les consommateurs se sont dits : Je vais m'accorder un produit de meilleure qualité, je vais payer un prix plus élevé pour un produit de qualité ; donc nous avons pu maintenir cette part de marché," souligne-t-il.

"Nos huîtres également sont exportées vers les marchés asiatiques : le volume s'est réduit, mais les consommateurs continuent de payer le prix pour ce produit premium et c'est la même chose pour les moules," précise-t-il. "__Nous avons dû nous diversifier pour moins dépendre de la restauration ; mais aujourd'hui, les consommateurs vont dans les points de vente au détail et disent : Je vais payer plus pour un produit de qualité élaboré de manière durable. Il est certain que cela maintient le secteur à flot, mais cela ne s'est pas fait sans difficultés," tempère-t-il.

Journaliste • Denis Loctier