This content is not available in your region

Des insectes prêts pour les assiettes européennes ?

euronews_icons_loading
Les insectes bientôt dans les assiettes européennes?
Les insectes bientôt dans les assiettes européennes?   -   Tous droits réservés  Boris Polo/AP
Par Christopher Pitchers
Taille du texte Aa Aa

C'est souvent avec répulsion que l'on observe les insectes. Mais les vers, les sauterelles ou autres grillons pourraient bien un jour terminer dans nos assiettes. Cette perspective pourrait prochainement devenir réalité en Europe. Dans une étude publiée le mois dernier l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) estime que le ténébrion meunier, ou ver de farine, ne présente aucun danger pour la consommation.

Au-delà de l'analyse scientifique il s'agirait d'une révolution alimentaire pour le continent. Selon Lies Hackelbracht, fondatrice de l’entreprise TOR Royal, la qualité sera essentielle pour réussir ce pari. "Je pense que pour les consommateurs il est très important que lorsqu'il mange un burger à base de vers il faut que le burger soit de qualité", explique-t-elle.

Passer des protéines animales aux protéines invertébrées serait aussi bénéfique pour l'environnement car cela réduirait l'empreinte carbone. "Lorsque nous serons 9 milliards d'habitants, il ne sera pas possible de nourrir tout le monde avec de la viande. Il faut donc chercher d'autres possibilités avec beaucoup de protéines", insiste Lies Hackelbracht.

Les vers ne sont pas les seuls invertébrés prêts à être mangés. En Belgique une ferme élève d'autres insectes comme des criquets ou des sauterelles. Pour le moment ils servent à l'alimentation animale. Mais pour l’entreprise ce sont de nouvelles perspectives qui s'annoncent une fois les autorisations définitives validées. "Je pense que d'ici quelques années le marché va progresser", estime Alexander Maroy, responsable de la ferme Nusect.

La prochaine étape sera la validation par les Etats membres d'une recommandation qui autorise la commercialisation des insectes à des fins alimentaires mais d'ici là ils n'envahiront pas les rayons des supermarchés.

Journaliste • Grégoire Lory