This content is not available in your region

Le combat d'un homme pour préserver les "poumons de la Méditerranée"

Le combat d'un homme pour préserver les "poumons de la Méditerranée"
Tous droits réservés  Manu San Felix
Par Graham Keeley
Taille du texte Aa Aa

Les eaux turquoise de l'île espagnole de Formentera dans l'archipel des Baléares renferment l'un des secrets les mieux gardés de la nature. Célèbre pour ses plages magnifiques et ses paysages qui font penser à la Lune, l'île doit une grande partie de sa beauté à la posidonie. Cette extraordinaire plante à fleurs marine pousse sur des centaines de kilomètres au fond de la Méditerranée. Il s'agit de l'un des organismes les plus anciens : sa présence sur notre planète remonterait à 100 000 ans.

La posidonie a une importance toute particulière car elle préserve l'environnement marin et lutte contre le changement climatique. Un seul mètre carré de ces plantes produit autant d'oxygène qu'un hectare de la forêt amazonienne. Dans le même temps, elle absorbe de grandes quantités de dioxyde de carbone et le transforme en matière végétale.

Un hectare d'herbiers de posidonies peut capter autant de CO2 que 15 hectares de forêt tropicale selon un rapport de l'Unesco publié en mars par Carlos M. Duarte, biologiste marin de l'Université du Roi Abdallah en Arabie saoudite.

"Les posidonies m'ont fasciné"

La posidonie est une passion pour Manu San Felix, biologiste marin qui vient de passer près de trois décennies à faire campagne pour la préservation de cette plante.

"J'ai fait ma première sortie en plongée sur l'île de Formentera en 1993 et les posidonies m'ont fasciné," explique Manu San Felix à euronews.

"La posidonie est une 'super plante' dans le sens où elle a plusieurs fonctions," indique-t-il. "Les prairies sous-marines produisent un écosystème et agissent comme les 'poumons de la Méditerranée' du fait de la grande quantité d'oxygène qu'elles produisent : ce qui permet d'assainir l'eau," précise-t-il.

"L'herbier absorbe également de grandes quantités de dioxyde de carbone et abrite un grand nombre d'espèces qui vivent à l'intérieur," poursuit le biologiste.

Selon Manu San Felix, l'épaisseur des herbiers contribue à protéger la côte des vagues et empêche les plages d'être lentement grignotées par la mer. Les squelettes de millions de créatures sont également préservés dans ces prairies de posidonies, apportant des sédiments pour la formation des plages.

Manu San Felix
Biologiste marin, Manu San Felix consacre sa vie à la protection des herbiers de posidonieManu San Felix

Les menaces qui pèsent sur les herbiers de posidonies

Malgré cela, la posidonie est confrontée à une menace réelle due à la pollution et au réchauffement de la mer en raison du changement climatique. Manu San Felix affirme que près de 30% des posidonies de la Méditerranée ont été détruites : il cite des données parues dans une étude de 2015 publiée dans Nature. Cette étude a révélé que 1,5 % des herbiers marins sont détruits chaque année et que près de 29% de la posidonie a été perdue depuis 1879.

Selon un rapport publié en 2019 par la Commission européenne, la directive Habitats a contribué à protéger 1120 herbiers de posidonies qui étaient menacés en Méditerranée.

Le gouvernement espagnol a également interdit aux propriétaires de bateaux de jeter l'ancre dans certaines zones au large des Baléares, faisant fi de l'opposition des détenteurs de yachts.

"Le problème, c'est celui de la répétition," indique Manu San Felix. "Il y a quelques années, environ 400 yachts seulement venaient à Formentera ou à Ibiza, mais aujourd'hui, ils sont environ 4000 par an, donc l'impact est important : leurs ancres peuvent détruire de larges bandes d'herbiers," dit-il.

Pour mettre à disposition une solution gratuite et facile, il a développé une application destinée aux propriétaires de bateaux. Posidonia Maps les avertit si un herbier marin se trouve sous leur bateau pour qu'ils évitent de jeter l'ancre à cet endroit et de le détruire. L'application a permis de cartographier les bandes d'herbiers autour de Formentera, une île qui chaque été, attire des yachts de VIP.

Manu San Felix prévoit de lancer cet été, une autre carte des herbiers au large de toutes les îles des Baléares en attendant de publier une carte encore plus ambitieuse qui couvrira l'ensemble de la Méditerranée.

Qu'est-ce que le "carbone bleu" ?

Ce que l'on appelle le "carbone bleu" suscite de plus en plus d'intérêt : l'expression fait référence à l'absorption du dioxyde de carbone par les prairies océaniques.

Le rapport de l'Unesco évoqué plus haut a révélé que 33 milliards de tonnes de CO2, soit environ un tiers des émissions mondiales en 2019, sont séquestrées dans les puits de carbone bleus de notre planète.

Leur rôle est d'autant plus essentiel dans un contexte d'incendies de forêt répétés qui portent atteinte à la capacité des arbres à absorber le dioxyde de carbone.

Dans une étude publiée en février dans la revue Nature Ecology and Evolution, des chercheurs de l'université de Stanford aux États-Unis ont constaté que les arbres à croissance lente étaient mieux à même de survivre aux incendies, mais ne pouvaient pas absorber autant de carbone.

Manu San Felix
Les prairies océaniques séquestrent une grande quantité de CO2Manu San Felix

Ces écosystèmes de carbone bleu sont plus denses que ceux de la terre ferme et présentent un autre avantage par rapport à eux puisqu'ils ne brûlent pas.

À Formentera, Manu San Felix espère que chacun prendra conscience de l'importance de la posidonie.

"Je veux que les gens prennent conscience du nombre de posidonies qui ont été détruites et de la manière dont nous pouvons facilement empêcher cela : ces herbiers jouent un rôle vital pour l'environnement marin," insiste-t-il.

Pendant la "Green Week" sur euronews, nos équipes des services news et magazines explorent des histoires et solutions qui illustrent les efforts entrepris pour mieux préserver l'environnement à travers l'Europe.