This content is not available in your region

Le fléau des munitions abandonnées dans les mers européennes à 360°

Le fléau des munitions abandonnées dans les mers européennes à 360°
Tous droits réservés  euronews
Par Denis Loctier
Taille du texte Aa Aa

Une bombe à retardement est enfouie sous la surface de nombreuses mers européennes : d'innombrables munitions perdues ou volontairement coulées au cours du XXe siècle jonchent encore les fonds marins.

L'emplacement de ces dépotoirs mortels est souvent peu documenté. D'après les estimations, des zones allemandes de la mer du Nord et de la Baltique renfermeraient environ 1,6 million de tonnes de munitions en proie à la corrosion.

Cet armement conventionnel et chimique menace les vies humaines et l'environnement marin, met en danger la pêche et la navigation, gêne le développement de l'énergie offshore, mais aussi l'aquaculture, le transport maritime, le tourisme et d'autres secteurs de l'économie bleue.

Projets de recherche

L'Union européenne soutient des projets de recherche qui ont pour objectif de trouver et d'évacuer ces munitions. Un drone sous-marin est utilisé pour étudier le dépotoir marin de Kolberger Heide en mer Baltique, près de la ville de Kiel. Rien que dans cette zone, on trouve empilées ou éparpillées au fond de l'eau, environ 30 000 tonnes de munitions corrodées dont des mines marines, des bombes aériennes et des têtes de torpilles.

​Sur les images tournées par le drone, on découvre des boules qui tombent en miettes : ce sont des fragments de TNT et d'autres explosifs qui se décomposent lentement en libérant des substances nocives dans l'eau dont des agents chimiques cytotoxiques, génotoxiques et cancérogènes.

Enjeu d'aujourd'hui et de demain

​​​Différents pays ont coulé en mer volontairement et de manière régulière, des munitions obsolètes ou inutilisables aussi bien conventionnelles que chimiques jusqu'en 1975 quand cette pratique a été interdite par la Convention de Londres.

Aujourd'hui avec l'augmentation du trafic maritime et l'accélération du développement des pipelines offshore, des parcs éoliens et de l'aquaculture, il est urgent que nous comprenions l'ampleur du problème afin de trouver des solutions pour le régler.

Journaliste • Denis Loctier