EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Une "bombe à retardement" : les armes de guerre abandonnées empoisonnent la mer Baltique

Un plongeur s'approche d'une munition non explosée dans la Baltique
Un plongeur s'approche d'une munition non explosée dans la Baltique Tous droits réservés Jana Ulrich/dpa
Tous droits réservés Jana Ulrich/dpa
Par Mared Gwyn JonesYolaine de Kerchove (traduction)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Un nombre impressionnant d'armes mortelles datant des deux guerres mondiales, soit 300 000 tonnes, gisent au fond de la mer Baltique.

PUBLICITÉ

La Baltique, voie navigable stratégique reliant les principales nations européennes, est aujourd'hui l'une des masses d'eau les plus polluées de la planète, car des grenades, des bombes, des missiles et des agents chimiques non explosés ont été abandonnés à la hâte dans l'océan à la suite des deux guerres mondiales.

L'immersion en mer était alors considérée comme une solution rapide, sûre et bon marché pour se débarrasser des munitions dont on ne voulait plus. En 1945, les forces alliées, qui craignaient un soulèvement de la guérilla dans l'Allemagne post-nazie, ont immergé un grand nombre d'entre elles dans l'océan.

Depuis un siècle, ces armes croupissent au fond de l'océan Baltique, laissant s'échapper lentement des produits chimiques toxiques tels que le TNT, le gaz moutarde, le phosgène et l'arsenic.

Alors que le commissaire européen à l'environnement, Virginijus Sinkevičius, rencontre les ministres des États baltes en Lituanie vendredi pour discuter de solutions, des experts expliquent à Euronews que le problème a été ignoré pendant trop longtemps.

Un désastre écologique

Les produits chimiques libérés par les munitions sous-marines modifient l'acidité et la température de l'eau de mer, déstabilisant les écosystèmes. Ils provoquent également des cancers chez de nombreuses espèces, et des restes de munitions ont même été retrouvés dans les tissus des poissons.

Les experts craignent que la consommation de poissons pêchés à proximité des sites d'immersion n'entraîne une accumulation de substances cancérigènes chez l'homme.

Terrance Long, fondateur des Dialogues internationaux sur les munitions sous-marines, a déclaré à Euronews qu'une plus grande sensibilisation du public était nécessaire pour inciter les gouvernements à agir.

"Les munitions sous-marines laissent échapper des toxines qui nuisent aux écosystèmes marins et mettent en danger la vie marine. Que vous soyez un fervent défenseur du changement climatique ou non, ce problème nous concerne tous", a déclaré M. Long à Euronews

"Le TNT contenu dans les munitions peut brûler et blanchir les coraux et créer un afflux de nutriments qui provoquent la prolifération d'algues nuisibles. Le gaz moutarde se décompose en arsenic inorganique qui se répand sur les fonds marins, tuant tout sur son passage. Les produits chimiques affectent également la photosynthèse du plancton et le taux d'éclosion des œufs de crustacés", explique-t-il.

"Telle est la situation dans la Baltique aujourd'hui. Nous ne pourrons pas sauver les mers si nous n'acceptons pas les réalités de l'eau", a-t-il ajouté.

IMUD
A sonar camera shows the chemicals ingested by planktonsIMUD

Bien que les scientifiques aient fourni pendant des décennies des preuves à l'appui de ces préoccupations, les responsables politiques ont traîné les pieds, compte tenu de la difficulté à définir les responsabilités juridiques pour les armes oubliées.

Alors que le public est parfaitement conscient des dangers de la pollution plastique et microplastique dans nos océans, on sait peu de choses sur les dangers des munitions immergées pour la sécurité des animaux et des êtres humains.

Les responsables politiques doivent établir des priorités

Les activités industrielles qui risquent d'interférer avec les munitions, telles que le dragage, les parcs éoliens en mer et la pêche au chalut de fond, ainsi que les craintes que des armes puissent être récupérées par des criminels, ont attiré l'attention des responsables politiques sur ce problème.

Au début de l'année, l'Allemagne a annoncé un programme de 100 millions d'euros pour piloter la récupération et la destruction des munitions.

L'effondrement des stocks de poissons dans la mer Baltique, provoqué par un cocktail toxique de produits chimiques pour munitions, d'engrais, de déchets industriels et d'eaux usées, a également eu de graves répercussions sur l'industrie de la pêche et a poussé les gouvernements à agir. En août, la Commission européenne a imposé de nouvelles limites de capture pour deux espèces de poissons dans la mer Baltique.

Frederic Sierakowski/Frederic Sierakowski
EU environment commissioner Virginijus Sinkevičius will meet EU ministers in Palanga, Lithuania on Friday to discuss the state of the BalticFrederic Sierakowski/Frederic Sierakowski

"Si nous comparons les comportements et les déclarations des gouvernements, nous constatons des différences notables. Mais surtout, il y a un faible niveau d'action ", a déclaré à Euronews Claus Böttcher, consultant indépendant pour JPI Oceans.

Terrance Long estime également que le fait que les États n'aient pas inclus de référence aux munitions sous-marines dans la Convention sur les armes chimiques montre que les gouvernements tentent de se décharger de leurs responsabilités.

"Les traités exigent souvent des compromis qui peuvent diluer l'efficacité du traité, en particulier lorsqu'il s'agit de protéger l'environnement", explique-t-il, "les gouvernements peuvent être protégés par des traités, mais cela ne les exonère pas des conséquences de leurs actions".

PUBLICITÉ

Des solutions technologiques existent

Toutefois, M. Böttcher estime qu'une dynamique positive s'est créée au cours de la dernière décennie pour parvenir au changement de paradigme nécessaire.

Ingénieurs, scientifiques, décideurs politiques et financiers se réunissent enfin pour identifier les meilleurs moyens de détruire les armes en toute sécurité.

Les progrès de la technologie marine, y compris l'utilisation de l'intelligence artificielle, facilitent la détection et la cartographie des munitions sous-marines. Certaines munitions sont désarmées à l'aide de jets d'eau avant d'être retirées des fonds marins, tandis que d'autres sont récupérées pour être détonées ou incinérées à terre.

"Nous avons mis au point une technologie qui prouve qu'il est possible de dépolluer les fonds marins. Les munitions sont visibles et tangibles et peuvent être enlevées", a déclaré M. Böttcher.

Les deux experts estiment que les armes conventionnelles et chimiques doivent être traitées avec le même degré de priorité. Les armes doivent également être surveillées de plus près, car certaines présentent un risque minimal d'explosion en raison de l'instabilité des produits chimiques qu'elles contiennent.

PUBLICITÉ

Ces solutions technologiques pourraient également s'avérer essentielles pour le nettoyage de la mer Noire lorsque la guerre en Ukraine prendra fin. Bien que l'on sache peu de choses sur le déversement de munitions dans la région, les experts affirment que les gouvernements doivent tirer les leçons des erreurs du passé pour éviter qu'elles ne se reproduisent de manière désastreuse.

Les experts se félicitent de l'action potentielle de l'UE, mais appellent à une réponse mondiale coordonnée à un problème qui touche tant de régions de la planète.

"Les ministres de la mer Baltique devraient sérieusement envisager de demander aux Nations unies d'organiser une conférence internationale sur les munitions sous-marines", a déclaré M. Long.

"La mer Baltique fait partie de ce que j'appelle le cœur et les poumons de la planète", a-t-il ajouté, "et comme la Terre est un seul et même corps, si notre cœur et nos poumons sont malades, cela nous affecte tous".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La pire catastrophe que j'aie jamais vue" : les habitants ont plongé dans l'océan alors que les feux de forêt ravageaient Maui

La pollution aux microplastiques de plus en plus présente dans les océans

Le fléau des munitions abandonnées dans les mers européennes à 360°