EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

New York, Hambourg ou Rotterdam sous les eaux ? Un scénario possible selon ce climatologue

COP26
COP26 Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Jeremy WilksEuronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

#COP26 | En cas d'inaction, nous devrons abandonner des villes comme New York, Rotterdam ou La Nouvelle-Orléans alerte le climatologue Anders Levermann.

PUBLICITÉ

L'élévation du niveau des mers fait peser une lourde menace sur les villes côtières du monde entier, prévient le climatologue Anders Levermann. De nombreuses villes emblématiques pourraient devoir être abandonnées d'ici la fin du siècle, si la hausse des températures terrestres n'était pas limitée.

Il appelle les dirigeants à prendre ce problème à bras le corps, au même titre que le chômage ou la croissance économique.

Anders Levermann, climatologue à l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique et à l'Université de Columbia :

"La montée du niveau de la mer est une conséquence iconique du réchauffement climatique que nous provoquons en brûlant du pétrole, du gaz et du charbon. Ce n'est pas la seule conséquence. Il y a d'autres conséquences qui sont beaucoup plus menaçantes pour l'être humain et pour notre mode de vie. Il s'agit avant tout des phénomènes météorologiques extrêmes, mais aussi du déplacement des zones climatiques. Mais l'élévation du niveau de la mer affecte directement nos porte-monnaies, le budget dont disposent les villes côtières, qu'elles doivent désormais consacrer à la protection du climat. Et elle affecte directement notre patrimoine culturel, ce que nous laisserons derrière nous en tant qu'humanité dans le futur."

Plus de 10 mètres de hausse d'ici la fin du siècle en cas d'inaction

"Si nous respectons les accords de Paris sur le climat, de nombreuses villes côtières sur terre, pourront s'adapter à la montée du niveau de la mer. Cela coûtera cher, mais ce sera possible. Si nous ne respectons pas les accords de Paris, chaque degré supplémentaire de réchauffement entraînera une augmentation de deux mètres et demi du niveau de la mer. En d'autres termes, si nous atteignons quatre degrés d'ici la fin du siècle, c'est ce qui arrivera si nous ne faisons rien, cela signifie une élévation du niveau de la mer de plus de dix mètres à long terme. Et cela signifie que nous devrons abandonner des villes côtières comme New York, la Nouvelle-Orléans, Rotterdam et Hambourg".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Boris Johnson et Joe Biden animent la COP26

Le sud de l'Europe se prépare à affronter les 40°C et plus : la vague de chaleur suscite des inquiétudes croissantes en matière de santé

Chypre, Grèce, Turquie : le bilan humain lié à la canicule s'alourdit