Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Que se passe-t-il avec la vague de chaleur record en Antarctique, quelles sont les conséquences ?

Climate Now
Climate Now   -   Tous droits réservés  euronews
Par Jeremy Wilks

Que se passe-t-il en Antarctique qui a connu une vague de chaleur record et des chutes de neige inhabituellement élevées à certains endroits. En mars, une barrière de glace d'une superficie équivalente à celle de la ville de Rome s'est totalement désintégrée dans l'est de l'Antarctique.

Les scientifiques présents sur le terrain sont unanimes, tous ces événements ont un lien avec le réchauffement climatique, mais surtout ses conséquences peuvent être dramatiques.

Une vague de chaleur exceptionnelle a frappé l'Antarctique

Selon les dernières données du service Copernicus sur l'Antarctique, le mois dernier, la couverture de glace sur le continent était inférieure de 26 % par rapport à la moyenne, soit le deuxième niveau le plus bas jamais enregistré.

Sur les cartes ci-dessous, les zones en rouge, les mers de Ross et d'Amundsen, étaient particulièrement pauvres en glace de mer.

Services Copernicus
Concentration de la glace de mer dans l'Antarctique pour le mois de mars 2022Services Copernicus

Penchons-nous maintenant sur les anomalies de température. Les cartes ci-dessous montrent comment une vaste zone de l'Antarctique oriental a connu une vague de chaleur le mois dernier.

Une masse d'air plus chaude a balayé le continent, faisant passer les températures de la station de recherche de Concordia de l'habituel -55 degrés à un nouveau record absolu de -11,5 degrés.

Services Copernicus
Températures anormalement élevées en Antartique -mars 2022Services Copernicus

Cinquième mars le plus chaud dans le monde depuis 1991

D'après les données pour du service Copernicus concernant le changement climatique, à l'échelle mondiale, le mois de mars a été 0,39°C plus chaud que la moyenne de mars sur 1991-2020. Ce qui en fait le cinquième mois de mars le plus chaud jamais enregistré.

La température moyenne européenne pour mars 2022 a été inférieure de 0,43°C à la moyenne 1991-2020. Ce mois a été le troisième mois de mars le plus froid de ces dix dernières années.

Service Copernicus
Températures du monde et de l'Europe en mars 2022Service Copernicus

Est-ce normal que les températures montent autant en Antarctique ?

Les températures en Antarctique peuvent varier considérablement. Cet événement était-il vraiment inhabituel ?

"Par rapport à nos connaissances sur le climat de l'Antarctique, oui, c'est totalement sans précédent. Par contre nos données sur l'Antarctique ne remontent pas aussi loin que pour le reste du monde civilisé. Mais c'est un phénomène comparable à la vague de chaleur que nous avons connue dans le nord-ouest du Pacifique en juin 2022 , un événement qui redéfinit en quelque sorte ce que nous pensions être possible pour le système climatique", explique le climatologue Jonathan Wille de l'université de Grenoble Alpes.

Les scientifiques sur le terrain sont inquiets

Qu’ont ressenti ceux qui ont vécu cette vague de chaleur ? Quel est le tableau d'ensemble de l'évolution du climat en Antarctique ? Pour mieux comprendre ces phénomènes météorologiques nous interrogeons des scientifiques qui suivent cette évolution de très près.

La station de recherche de Concordia se trouve dans une zone sèche et en altitude, à plus de mille kilomètres de la côte et à plus de trois mille mètres d'altitude, c'est normalement un désert complètement gelé.

Pourtant, à la mi-mars, tout a changé. Lorsque la température est montée jusqu'à -11,5 degrés, le scientifique Julien Witwicky a pris ces photos des rares chutes de neige qui recouvrent l’ancienne glace :

"On a eu 10 cm d'accumulation. C'est plus que ce qui tombe habituellement en un an. Donc, au lieu de marcher tranquillement sur de la neige dure, on s'est enfoncé dans la poudreuse pendant plusieurs jours, ce qui a fait plus penser aux Alpes, en France plutôt que l'Antarctique", explique Julienqui passe l'hiver à Concordia dans le cadre de ses travaux de glaciologie à l'Institut Polaire Français.

Photo de Julien Witwicky / IPEV
La neige a recouvert la banquisePhoto de Julien Witwicky / IPEV

Ces chutes de neige inhabituelles à Concordia pourraient s'inscrire dans une tendance générale.

La station allemande de Kohnen, qui se trouve également en altitude, a signalé une augmentation de
20 % des chutes de neige au cours des 20 dernières années.

Et l'année dernière, la station allemande de Neumayer, située sur la côte, a enregistré 50 % de neige en plus que la moyenne.

"C'est un phénomène prévisible dans le contexte du réchauffement climatique. Lorsque l'atmosphère se réchauffe, elle peut contenir plus d'humidité et cela provoque plus de chutes de neige", nous explique Olaf Eisen, professeur de glaciologie à l'Université de Brême et à l'Institut Alfred Wegener

La diminution de la surface de glace peut être vue depuis l'espace.

European Union / Copernicus Sentinel-2
Des images satellites de la banquise avant et aprèsEuropean Union / Copernicus Sentinel-2

Le mois dernier, la barrière de glace de Conger qui représente une superficie équivalente à celle de Rome (1,2 km2), s'est détachée d'un glacier pour s'effondrer dans l'océan après des années d'instabilité.

Selon les scientifiques, l'Antarctique continuera à perdre de la masse, car le réchauffement des océans et de l'air contribue à amincir les plateformes de glace, ce qui les rend de plus en plus vulnérables.

euronews
Hubert Alain, Président de la Fondation polaire internationaleeuronews

_"Je suis sur le terrain depuis plus de 15 ans et ce que je peux dire c'est que ces plateformes de glace vont continuer de se détacher de la glace continentale. Ce qui a un impact direct sur le niveau de l'océan, ça va continuer d’augmenter. Ça c'est sûr, parce que l'eau se réchauffe, et je ne pense pas que l’on pourra changer cela dans la prochaine décennie", _dit Alain Hubert, le Président fondateur de la Fondation polaire internationale.

M. Hubert souligne également la nécessité de multiplier les observations pour comprendre l'environnement complexe de l'Antarctique. Alors que l'Europe ou l'Amérique du Nord sont parsemées d'instruments de haute qualité qui contribuent à alimenter les modèles climatiques, l'Antarctique reste mal connu, tout simplement parce qu'il est très difficile et coûteux à surveiller.

Pour mieux comprendre les problématiques liées au climat, n’hésitez pas à consulter le dernier rapport du service Copernicus sur l'état européen du climat.

Journaliste • Jeremy Wilks

Video editor • Jean-Christophe Marcaud

Sources additionnelles • Bruno Cusa / Yann Arthus-Bertrand / Julien Witwicky / Institute Paul-Émile Victor / Aerialcollection / Alfred Wegener Institute / International Polar Foundation / Copernicus Climate Change Service implemented by ECMWF