This content is not available in your region

Érosion côtière : comment les communes françaises les plus touchées anticipent

euronews_icons_loading
Climate Now
Climate Now   -   Tous droits réservés  euronews
Par Jeremy Wilks

Le mois dernier, l'État français a publié une carte de 126 villes et villages côtiers situés sur les rives de l'Atlantique et de la Méditerranée qui devront adapter leurs règles d'urbanisme en raison de l'érosion côtière. Un problème aggravé par l'accélération de l'élévation du niveau de la mer sous l'effet du changement climatique. Qu'est-ce que cela signifie pour les communes qui se retrouvent en première ligne ? Nous nous sommes rendus à Plougonvelin en Bretagne pour en savoir plus.

Se projeter dans l'avenir et agir dès maintenant

Dans cette commune, on a bien conscience que face au changement climatique, il faut anticiper. Pour ce faire, le maire Bertrand Audren a demandé à ce que sa commune figure sur la liste officielle pour redessiner son plan d'urbanisme. "On a pris cette décision pour éviter que dans 30, 40 ou 50 ans, des personnes et des biens soient confrontés à l'érosion de la falaise et qu'elles voient leur maison impactée," explique-t-il. "Donc il s'agit vraiment d'anticiper pour que les gens puissent se préparer," souligne-t-il.

Dans les six prochains mois, des experts décideront quelles zones du village sont menacées et l'État aidera à financer des mesures d'adaptation. La commune teste déjà des protections naturelles pour reconstituer des dunes. "On met des barrières que l'on appelle des ganivelles et des plantes de dunes - des oyats - pour éviter que le sable ne parte," nous montre Bertrand Audren en bord de plage.

Niveau de la mer à l'échelle mondiale : + 9 cm depuis 1993

À l'échelle de la planète, le niveau de la mer s'est élevé en moyenne de 9 cm depuis 1993 et aujourd'hui, il monte de plus de 4 mm par an.

Service Copernicus concernant le changement climatique
Élévation du niveau de la mer à l'échelle mondiale depuis 1993Service Copernicus concernant le changement climatique

Il faut mener des actions urgentes dans deux directions selon Gonéri Le Cozannet, chercher au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et collaborateur du GIEC. "La première, c'est limiter le réchauffement climatique pour stabiliser l'élévation du niveau de la mer à environ 4 mm par an," indique-t-il avant d'ajouter : "La seconde, c'est s'adapter, soit en protégeant, soit en relocalisant, soit en évitant de construire dans des zones basses pour limiter les impacts de l'élévation du niveau de la mer."

Augmentation des inondations côtières d'ici à la fin du siècle

D'ici à la fin du siècle, toutes les communes côtières françaises bordant l'Atlantique et la Méditerranée devraient être préparées à faire face à des ondes de tempête dévastatrices amplifiées par l'élévation du niveau de la mer selon la chercheuse Alisée Chaigneau, doctorante et collaboratrice de Mercator Océan et du Centre national de recherches météorologiques (CNRM). "On devra se protéger de cette augmentation des inondations côtières qui va arriver dans tous les cas d'ici à la fin du siècle," affirme-t-elle.

"Les événements rares de niveau de la mer, par exemple les inondations côtières qui aujourd'hui, se produisent une fois tous les 100 ans, se produiront dans le futur, une fois tous les ans," prévient-elle.

À Plougonvelin, la falaise recule de plusieurs centimètres par an. Le plan d'urbanisme devra être révisé en profondeur, mais le maire ne s'inquiète pas outre-mesure. "Il faut faire attention ; bien sûr, il faut être prudent," reconnaît Bertrand Audren. "Mais il ne faut pas non plus tomber dans le catastrophisme," estime-t-il.

Un mois de mai 2022 plus chaud que la moyenne

Le Service Copernicus concernant le changement climatique a publié ses dernières données pour le mois de mai 2022. Celles-ci montrent qu'à l'échelle mondiale, nous avons connu le cinquième mois de mai le plus chaud jamais enregistré avec des températures supérieures de 0,3°C par rapport à la moyenne de la période 1991-2020.

Service Copernicus concernant le changement climatique / euronews
En mai 2022, les températures ont été supérieures de 0,3°C par rapport à la moyenne de la période 1991-2020Service Copernicus concernant le changement climatique / euronews

Record de chaleur pour mai en France

En Europe, ce mois a été exceptionnel sur une large zone du continent. C'est ce que vous pouvez voir sur la carte ci-dessous : toutes les régions en rouge ont été plus chaudes que la moyenne. Ce mois de mai a été le plus chaud jamais enregistré en France avec des températures dépassant les moyennes de 3°C.

Il y a eu des vagues de chaleur en Espagne et au Portugal également.

Mais on observe aussi une zone bleue à l'extrême-est de l'Europe et dans l'ouest de l'Asie où les vents du nord ont maintenu les températures bien en-dessous des moyennes.

Service Copernicus concernant le changement climatique / ECMWF
Anomalies de températures en mai 2022 en EuropeService Copernicus concernant le changement climatique / ECMWF

Disparités à l'échelle mondiale

À l'échelle mondiale, on peut observer sur la carte ci-dessous, également fournie par le Service Copernicus concernant le changement climatique, l'ensemble des anomalies de températures du mois dernier, notamment une chaleur plus forte au niveau d'une immense bande en Asie centrale et en Sibérie.

Service Copernicus concernant le changement climatique / ECMWF
Anomalies de températures dans le monde en mai 2022Service Copernicus concernant le changement climatique / ECMWF

On remarque également, la présence d'une large zone bleue dans le Pacifique oriental où le phénomène La Niña se poursuit.

Cette masse d'eau plus froide est liée à quelques-uns des événements extrêmes auxquels nous avons assisté ces derniers mois, des fortes pluies en Australie à la sécheresse dans l'ouest des États-Unis.

Journaliste • Jeremy Wilks