Changement climatique : Madagascar se transforme en un désert rouge

Quatre années de sécheresse, ainsi que la déforestation causée par les gens qui brûlent ou coupent les arbres, ont transformé la région en un bol de poussière.
Quatre années de sécheresse, ainsi que la déforestation causée par les gens qui brûlent ou coupent les arbres, ont transformé la région en un bol de poussière. Tous droits réservés REUTERS/Alkis Konstantinidis
Par Doloresz Katanich
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Plus d'un million de personnes dans le sud de Madagascar sont actuellement confrontée à une carence alimentaire.

PUBLICITÉ

L'île de Madagascar, autrefois verdoyante et luxuriante, est en train de devenir un désert "rouge". L'île est confrontée à une grave crise alimentaire, considérée comme la première famine due au changement climatique au monde.

Quatrième plus grande île de la planète et l'un de ses écosystèmes les plus diversifiés, Madagascar compte des milliers d'espèces de plantes et d'animaux. Cependant, à cause du réchauffement climatique, le paysage a changé.

Comme il ne reste que très peu d'arbres pour ralentir le vent, le sable rouge est projeté partout : sur les champs, les villages et les routes.

Les quatre années de sécheresse et la déforestation, ont transformé la région, où s'étend à perte de vue un sol de poussière rouge.

ALKIS KONSTANTINIDIS/REUTERS
Madagascar : l'île verte qui se transforme en désert rougeALKIS KONSTANTINIDIS/REUTERS

Ces épisodes de sécheresse, de déforestation, de pauvreté et de croissance démographique ont conduit à une crise alimentaire majeure dans le sud de Madagascar. Plus d'un million de personnes ont actuellement besoin d'une aide alimentaire du Programme alimentaire mondial (PAM), une agence des Nations unies.

Face à la crise alimentaire dans le sud, le PAM a averti que l'île risquait de connaître "la première famine mondiale due au changement climatique". Toutefois, la situation s'améliore après des mois d'intervention.

ALKIS KONSTANTINIDIS/REUTERS
Avoraza, 4 ans, est examiné dans un poste de malnutrition pour enfants géré par le PAM à Anjeky Beanatara, dans la région d'Androy, à Madagascar le 11/12/2022ALKIS KONSTANTINIDIS/REUTERS

Theodore Mbainaissem, qui dirige les opérations du PAM dans les zones les plus touchées du sud de Madagascar, a déclaré que les schémas météorologiques avaient changé au point de devenir méconnaissables ces dernières années.

"Si vous demandez aux anciens 'pensez-vous qu'il va pleuvoir', ils disent qu'ils ne savent pas. Avant, ils pouvaient dire à partir de la position de la lune quand il allait pleuvoir, mais les gens n'arrivent plus à analyser", explique Théodore Mbainaissem

Selon M. Mbainaissem, après des mois d'action du PAM et d'autres organisations humanitaires, le plus dur est finalement passé.

Mais le travail est loin d'être terminé. Le groupe d'experts des Nations unies sur le changement climatique (GIEC) s'attend à ce que les sécheresses continuent de poser problème.

Alors que certains scientifiques affirment que la situation actuelle se situe dans la fourchette normale des schémas météorologiques de Madagascar, tout le monde s'accorde à dire que la crise alimentaire est symptomatique d'un pays qui a du mal à survivre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Madagascar : Andry Rajoelina toujours contesté, mais réélu au premier tour de la Présidentielle

Journée mondiale de l'eau : récits de celles et ceux pour qui l'eau douce se fait rare

Pourquoi les œufs de Pâques sont-ils si chers cette année ?