This content is not available in your region

Espagne : une baleine de 12 mètres sauvée d'un filet de pêche au large des Baléares

Un plongeur sauve une baleine à bosse à Majorque.
Un plongeur sauve une baleine à bosse à Majorque.   -   Tous droits réservés  Reuters
Par Maeve Campbell  & Alixan Lavorel

Lors d'un sauvetage sous-marin saisissant, des plongeurs espagnols ont libéré une baleine à bosse de 12 mètres de long empêtrée dans un filet dérivant illégal au large de Majorque.

L'un des plongeurs était Gigi Torras, biologiste marin de 32 ans.

Cette dernière a déclaré le 20 mai dernier que ce sauvetage était pour elle un formidable cadeau d'anniversaire, le "meilleur de tous les temps", selon ses propres termes. Elle a également eu le sentiment d'avoir reçu un petit geste de reconnaissance de la part du mammifère géant qu'elle et ses coéquipiers ont sauvé.

"C'était comme hors du monde, c'était incroyable, tout simplement incroyable", a-t-elle déclaré à Reuters mardi. C'était seulement la troisième fois qu'une baleine à bosse était vue autour des îles Baléares.

La baleine affaiblie a été repérée par un navire à environ 5 km de la côte est de Majorque, ce qui a incité le centre de sauvetage marin Aquarium de Palma de Majorque à intervenir.

Comment ont-ils sauvé la baleine ?

Ils ont découvert que la baleine était complètement coincée dans le filet de pêche rouge et qu'elle ne pouvait même pas ouvrir la bouche.

Après l'échec des premières tentatives pour couper le filet à partir d'un bateau, des plongeurs des centres de plongée Albatros et Skualo se sont joints à l'effort et ont plongé dans la mer pour retirer le filet avec leurs couteaux lors d'une opération audacieuse de 45 minutes.

"Les dix premières secondes, elle était un peu nerveuse, vous savez, comme des bulles partout, mais ensuite je ne sais pas, appelez-moi fou, mais je pense qu'elle savait que nous étions là pour l'aider et elle s'est détendue et nous avons commencé à travailler de l'avant de sa bouche vers l'arrière", a déclaré le propriétaire d'Albatros.

"Nous avons continué à couper et à couper et elle a un peu remué pour s'en sortir", a ajouté ce dernier, précisant que le mammifère est ensuite resté un peu pour reprendre des forces en compagnie des quatre plongeurs et a même fait ce qui ressemblait à "un petit signe de remerciement" avant de s'éloigner à la nage.

Surnommés "murs de la mort" en raison de la quantité d'autres animaux marins qu'ils capturent en plus des poissons qu'ils visent, les filets dérivants ont été interdits par les Nations unies il y a 30 ans.

Article traduit de l'anglais