EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Avec le réchauffement, que reste-t-il de la banquise arctique ?

Avec le réchauffement, que reste-t-il de la banquise arctique ?
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Jeremy Wilks
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Euronews s'est rendu au plus près du pôle Nord, pour constater les évolutions qui touchent la glace de mer dans l'Arctique. Alors que cette région se réchauffe plus vite que le reste de la planète, la banquise est en train de disparaître.

PUBLICITÉ

L'Arctique est l'une des régions du monde les plus touchées par le changement climatique. Notre équipe s'est rendue sur place pour voir comment sa banquise évolue. Nous faisons aussi le point sur les données du Service Copernicus concernant le changement climatique pour février 23, un nouveau mois plus chaud que la moyenne à l'échelle mondiale.

Selon les dernières données du Service Copernicus concernant le changement climatique, le mois de février 2023, à l'échelle mondiale, a été le cinquième le plus chaud jamais enregistré, avec des températures supérieures de 0,3°C à la moyenne pour 1991-2020.

Euronews
Février 2023 a été le cinquième mois de février le plus chaud jamais enregistréEuronews

Situations disparates

Sur la carte mondiale des anomalies de températures, on relève plusieurs éléments remarquables. Premièrement, dans le nord du Canada et les régions de l'ouest des États-Unis, il a fait bien plus froid que la moyenne en février.

Copernicus / ECMWF
Régions du Canada et des États-Unis où il a fait plus froid que la moyenne en févrierCopernicus / ECMWF

En Europe, de manière générale, il a fait plus chaud, avec des températures de 1,2°C supérieures à la moyenne pour ce mois.

Copernicus / ECMWF
En Europe, en février 23, les températures ont été supérieures à la moyenne pour la période 1991-2020Copernicus / ECMWF

Mais, au nord de la Norvège et de la Russie, il a fait en février dernier, au moins 6 degrés de plus que la moyenne.

Copernicus / ECMWF
Au nord de la Norvège et en Russie, il a fait beaucoup plus chaud que la moyenne en février 23Copernicus / ECMWF

Une banquise moins étendue

Ces températures plus élevées dans l'Arctique le mois dernier interviennent à une époque de l'année où la glace de mer devrait être abondante à la fin de l'hiver.

Mais quand on regarde les données, ce n'est pas vraiment le cas. L'étendue de la banquise a été la deuxième la plus faible jamais enregistrée pour un mois de février et la concentration de la glace de mer a été inférieure à la moyenne dans les régions en rouge sur la carte ci-dessous, près de la Sibérie occidentale et au Svalbard.

Copernicus / ECMWF
Anomalies de la glace de mer arctique en février 2023Copernicus / ECMWF

"Aujourd'hui, certaines années, on a du mal à trouver un morceau de banquise sur lequel travailler"

Comment ce changement dans l'océan Arctique se traduit-il concrètement ? Pour en savoir plus, notre équipe s'est rendue à l'Institut polaire norvégien à Tromsø, à l'intérieur du cercle polaire arctique.

À notre arrivée sur place, par une température de -12°C ce jour-là, la ville, recouverte de neige, semble figée dans le temps. Pourtant, cette région évolue rapidement. L'Arctique se réchauffe trois à quatre fois plus vite que la moyenne mondiale.

Le scientifique Mats Granskog, spécialiste de la banquise à l'Institut polaire norvégien, l'a constaté de ses propres yeux. "Quand je me suis aventuré ici, pour la première fois, il y a peut-être 20 ans, il y avait beaucoup de banquise, de la glace épaisse et lourde," explique-t-il. "Aujourd'hui, certaines années, on a du mal à trouver un bloc de glace, un morceau de banquise sur lequel travailler, donc la situation a beaucoup évolué au cours des dernières décennies," fait-il remarquer.

Euronews
Cela fait une vingtaine d'années que le scientifique Mats Granskog constate l'évolution rapide de la banquise arctiqueEuronews

Une couche de glace de mer de plus en plus fine

Chaque année, les scientifiques naviguent au nord-est du Groenland en direction du pôle Nord pour collecter des échantillons. Puis, ils les ramènent à Tromsø pour les étudier.

Notre équipe obtient l'autorisation exceptionnellement d'accéder aux carottes de glace de mer arctique stockées dans une chambre froide à -24°C.

Chaque carotte donne un instantané de l'Arctique au moment où elle a été prélevée. On nous en présente une collectée "à la fin du mois de juillet dernier quand on a atteint le pôle Nord," précise Mats Granskog. "Donc on avait environ 1,5 m de glace de mer au pôle Nord l'été dernier," dit-il.

"C'est une couche très fine entre l'océan et l'atmosphère," poursuit-il. "En règle générale, il y a 20 ans, il y avait environ trois mètres de glace," affirme-t-il.

Euronews
La carotte de glace prélevée au pôle Nord en juillet dernier ne fait qu'environ 1,5 m de long, contre deux fois plus il y a 20 ansEuronews

Les glaces âgées d'un an dominent

Juste à côté, dans une chambre froide-laboratoire, Dimitry Divine, autre chercheur de l'Institut, étudie la manière dont la glace est formée. Il observe des changements majeurs dans son âge et son épaisseur.

"La glace devient de plus en plus fine, elle ne pourra pas survivre à la fonte estivale : ce qui a un impact sur l'âge général de la glace également," explique-t-il. "Aujourd'hui, la glace dans l'Arctique présente principalement, les formes caractéristiques d'une glace âgée d'un an," souligne-t-il avant de préciser : "Les formes de glaces de plusieurs années qui prévalaient il y a 20 ou 30 ans dans le centre de l'Arctique ont plus ou moins disparu."

Euronews
De plus en plus, la glace "ne survit pas à la fonte estivale", constatent les scientifiquesEuronews

"Nous constatons, en particulier dans l'ouest de l'Arctique," complète Dimitry Divine, "une augmentation des quantités de neige et des précipitations sur la glace au cours de la dernière décennie. Et cela est lié au fait que l'Arctique est plus chaud et plus humide en général," dit-il.

Le rôle accélérateur des boucles de rétroactions

Le réchauffement de l'Arctique est en partie du à ce que l'on appelle des boucles de rétroactions : par exemple, l'une d'elles, c'est le fait que l'eau de mer soit plus foncée que la glace et donc, se réchauffe plus vite, ce qui accélère la fonte.

PUBLICITÉ

Pour autant, cette région polaire renferme encore de nombreuses inconnues.

"Les prévisions et nos modèles climatiques nous indiquent qu'il y aura certainement un moment où l'Arctique n'aura plus du tout de glace l'été," renchérit Mats Granskog. "Quand cela se produira-t-il exactement ? Il y a beaucoup d'incertitude et nous ne connaissons pas toutes les rétroactions dans le système," indique-t-il.

Euronews
"Il y aura certainement un moment où l'Arctique n'aura plus du tout de glace l'été", indique Mats GranskogEuronews

De manière générale, "la glace de mer dépend de l'atmosphère et de l'océan qui se trouve en dessous ; c'est un système assez complexe à comprendre," déclare le scientifique. "L'une des grandes questions, c'est de savoir à quoi ressemblera l'Arctique à l'avenir ; c'est difficile de répondre car on ne comprend pas encore tout-à-fait son fonctionnement actuel," reconnaît-il.

Journaliste • Jeremy Wilks

Partager cet article

À découvrir également

Un iceberg deux fois plus grand que Londres s'éloigne des eaux de l'Antarctique

En Arctique, 360 panneaux solaires vont alimenter une île où les groupes électrogènes sont rois