PUBLICITÉ

Inondations, fonte des neiges, chaleur record... Une année 2023 très contrastée en Europe

D'un côté, des canicules, et des sécheresses "extrêmes", et de l'autre, des inondations hors norme, l'Europe a eu une année très contrastée.
D'un côté, des canicules, et des sécheresses "extrêmes", et de l'autre, des inondations hors norme, l'Europe a eu une année très contrastée. Tous droits réservés AP Photo/Matthias Schrader, File
Tous droits réservés AP Photo/Matthias Schrader, File
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon la nouvelle étude de l’observatoire européen sur le climat, Copernicus, l'Europe se réchauffe plus rapidement et connaît des phénomènes contrastés plus violents que sur les autres continents.

PUBLICITÉ

Selon la nouvelle étude de l’observatoire européen sur le climat, Copernicus, l'Europe se réchauffe plus rapidement et connaît des phénomènes contrastés plus violents que sur les autres continents.

Dans l'ensemble, l’observatoire pointe du doigt les températures supérieures à la moyenne pendant 11 mois sur 12, les océans et les mers qui se réchauffent, et les incendies massifs.

Selon Carlo Buontempo, le directeur de Copernicus, "Nous vivons déjà dans un climat fondamentalement différent de celui dans lequel notre civilisation a évolué et dans lequel nous avons grandi. Souvent nous parlons de territoires inexplorés parce qu'il est vrai que nous n'avons jamais vu la mer aussi chaude, ou aussi haute de notre vivant."

Les températures en Europe augmentent environ deux fois plus vite que la moyenne mondiale, trois des années les plus chaudes ayant été enregistrées depuis 2020. En 2023, la température de l'ensemble de l'Europe était supérieure de 1,1 % à la moyenne, et d'environ 2,5 % par rapport aux niveaux préindustriels.

Copernicus indique que les décès liés à la chaleur dans la région ont augmenté d'environ 30 % au cours des 20 dernières années.

Mais le changement climatique ne se limite pas à des températures plus chaudes, il est aussi beaucoup plus humide, avec un taux d'humidité de 7 % qui a entraîné de graves inondations en Grèce, en Italie, en Slovénie et dans d'autres pays.

"Si l'on considère l'Europe dans son ensemble, les précipitations ont été supérieures de 7 % à la moyenne, mais ce chiffre est complexe, car si le nord de l'Allemagne, une partie de la Scandinavie ou même les Balkans ont connu une année plutôt humide dans l'ensemble, il en va de même pour les îles britanniques. Si l'on considère l'Andalousie, la Catalogne ou le sud de la France, la situation a été beaucoup plus sèche.", explique le directeur de l'observatoire.

Buontempo souligne que nous observons déjà des changements dans le paysage européen, notamment en raison du recul des glaciers et de la fonte des neiges. Le rapport Copernicus indique qu'en Europe centrale et dans les Alpes, le nombre de jours de neige a été inférieur à la moyenne.

Cela a entraîné une "perte exceptionnelle de glace des glaciers en 2023". En une seule année, entre 2022 et 2023, un dixième des glaciers des Alpes a disparu.

Selon les scientifiques, les phénomènes météorologiques extrêmes deviendront de plus en plus fréquents, mais il sera difficile de planifier les mesures à prendre pour y faire face.

Richard Allan, climatologue à l'université de Reading , nous explique : "Nous nous attendons à des fluctuations plus importantes, en fait, entre les conditions chaudes et sèches et les conditions humides, de sorte que les fluctuations entre les conditions humides et sèches deviendront plus importantes. Il est très difficile de prévoir cela, car il est beaucoup plus facile de planifier les infrastructures et la façon dont la société mène ses activités afin de prévoir les conditions tout au long de l'année et d'obtenir des précipitations régulières plutôt que des précipitations en dents de scie."

De l'augmentation de la température des mers à la fonte des glaciers, l'Europe est le témoin des pires effets du réchauffement climatique. Les chercheurs de Copernicus affirment que si la tendance n'est pas inversée, ces effets ne feront qu'empirer.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : les théoriciens du complot sont passés du COVID au climat

Le changement climatique aura des répercussions majeures sur nos revenus

Quelles sont les causes des pluies torrentielles sur Dubaï ?