EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L'intervention de l'UE a été cruciale pour sauver les merlus de l'Atlantique

En partenariat avec The European Commission
L'intervention de l'UE a été cruciale pour sauver les merlus de l'Atlantique
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Denis Loctier
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour Javier López, directeur de campagne pour l'organisation de défense marine Oceana, les mesures mises en place par l'Union européenne ont permis de rétablir les populations de ce poisson emblématique de l'Atlantique nord.

La population de merlus du nord de l'Atlantique avait atteint un niveau critique au début du siècle, avant que l'Union européenne n'intervienne.

"La Commission et les États membres ont réagi à temps, quand il était encore possible de faire revivre l'espèce", explique Javier López, directeur de campagne pour la pêche durable à Oceana, une organisation de défense de la nature marine.

Les mesures d'urgence mises en œuvre en 2001, suivies d'un plan de reconstitution en 2004, ont permis de sauver in extremis les populations de merlus de l'Atlantique.

"Ce plan comprenait des mesures techniques telles que l'augmentation de la taille des mailles des filets de pêche afin de réduire la mortalité des jeunes merlus [...] et des interdictions ou des restrictions de pêche dans des zones clés essentielles à la reproduction des poissons, telles que les zones d'alevinage", explique Javier López.

Le contrôle de la pêche en mer et des déchargements de poissons dans les ports a aussi été considérablement amélioré, et les bonnes conditions environnementales ont joué un rôle non négligeable.

Javier López conclut : "Ces trois aspects - les mesures techniques et réglementaires, ainsi que les conditions océanographiques favorables - ont joué un rôle essentiel dans la reconstitution de la biomasse du merlu du nord et de son abondance dans l'Atlantique".

Journaliste • Vincent Reynier

Partager cet article