EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

"Le marché des algues devrait atteindre 9 milliards d'euros d'ici 2030"

En partenariat avec The European Commission
"Le marché des algues devrait atteindre 9 milliards d'euros d'ici 2030"
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Denis Loctier
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La culture des algues constitue une alternative prometteuse pour diversifier les revenus des pêcheurs, mais aussi pour régénérer la biodiversité des océans. L'UE a ainsi lancé un plan d'action pour doper cette filière émergente.

Alors que les stocks de poissons diminuent et que les écosystèmes marins sont en souffrance, il reste un espoir d'inverser cette tendance grâce à des pêcheurs européens qui optent pour la diversification en s'orientant vers la culture d'algues marines. Dans de nombreuses régions, ce secteur émergent peut offrir une alternative prometteuse en termes de revenus, en créant de nouveaux emplois pour les professionnels du littoral, tout en fournissant des produits de la mer locaux - sains - et en contribuant à améliorer la biodiversité des océans.

Cette évolution vers une aquaculture régénératrice est au cœur de l'initiative européenne sur les algues, qui finance des projets pilotes visant à aider les pêcheurs à adopter des pratiques durables. Cette initiative s'inscrit dans une stratégie plus large de l'UE visant à développer une industrie durable et lucrative dans le domaine des algues, ce marché européen devant atteindre 9 milliards d'euros d'ici à 2030, stimulé par une forte demande dans les secteurs de l'alimentation, des cosmétiques, des produits pharmaceutiques et de l'énergie.

Lors de la récente conférence "Seaposium-24", qui s'est tenue en Irlande, "Ocean" s'est entretenu avec Felix Leinemann, chef d'unité pour les secteurs de l'économie bleue, de l'aquaculture et de la planification de l'espace maritime à la direction générale des affaires maritimes et de la pêche de la Commission européenne.

"L'initiative européenne sur les algues est un plan d'action visant à accroître la production et la consommation durables d'algues en Europe", explique Felix Leinemann. "Pour ce faire, nous avons mis en place 23 actions dans différents domaines. Nous nous intéressons à la réglementation, à l'environnement commercial et aux moyens d'aider le secteur à s'améliorer, mais aussi à la sensibilisation du public et des consommateurs et, enfin, aux lacunes en matière de connaissances, car il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas. La demande pourrait être multipliée par six au cours de la décennie. Il est donc nécessaire que nous produisions nos propres algues".

"L'Atlantique ou la mer du Nord présentent des conditions idéales pour la culture des algues. Et c'est là que nous devrions concentrer nos efforts. Bien sûr, nous ne voulons pas forcer les pêcheurs à se reconvertir, mais nous y voyons une opportunité de se diversifier en termes d'activités et de revenus. C'est d'ailleurs l'une des mesures du plan d'action que nous avons mise en place dans le cadre de l'initiative européenne sur les algues, afin d'aider les pêcheurs à devenir des agriculteurs océaniques régénérateurs. C'est le reflet d'une réalité : il y a moins de poissons dans les eaux, pas nécessairement à cause de la surpêche, mais aussi à cause de la pollution, des effluents agricoles, en particulier dans la mer Baltique. Le métier de pêcheur, la connaissance de la mer, sont fondamentaux pour ce genre d'activité".

Partager cet article