Immigration : le train de l'espoir est en territoire macédonien

Immigration : le train de l'espoir est en territoire macédonien
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec REUTERS
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ils sont Syriens, Afghans, Irakiens, et chaque jour plus nombreux à prendre d’assaut la petite gare macédonienne de Gevgelija, juste à la frontière

PUBLICITÉ

Ils sont Syriens, Afghans, Irakiens, et chaque jour plus nombreux à prendre d’assaut la petite gare macédonienne de Gevgelija, juste à la frontière grecque. Leur objectif, monter dans un train pour rejoindre un eldorado européen rêvé, via la Serbie, dernier pays avant la Hongrie et l’espace Shengen.

“Mon ambition c’est que mon fils et ma femme soient en sécurité quelque part, explique Ahmed, un Syrien, et que j’ai un travail. Je ne réclame pas l’aide de l’Europe. Je suis qualifié pour travailler, et dès que j’aurai un permis, je travaillerai.”

Les autorités macédoniennes ont donné des visas pendant trois jours pour que les migrants traversent leur pays. Le mois dernier ils ont été 38 000 à passer. Car il y a urgence : l’entrée en Hongrie va devenir plus difficile, car Budapest doit terminer fin août une clôture haute de quatre mètres pour stopper les clandestins. D’autres pays, dans une Europe impuissante, prennent des mesures différentes : l’Autriche veut imposer des quotas, afin que ses municipalités accueillent 1,5% de migrants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie : la ville de Catane rend hommage aux migrants retrouvés morts samedi

Gaza : des frappes israéliennes sur Rafah font 18 morts dont 14 enfants

Volodymyr Zelensky se félicite de l'aide américaine qui "sauvera des milliers de vie"