Bataille de chiffres entre la Commission et l'Italie

Bataille de chiffres entre la Commission et l'Italie
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le Premier ministre italien, Matteo Renzi, se dit prêt à croiser le fer avec la Commission européenne à propos des prévisions budgétaires de l’année prochaine.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre italien, Matteo Renzi, se dit prêt à croiser le fer avec la Commission européenne à propos des prévisions budgétaires de l’année prochaine.L’institution a envoyé une lettre à Rome pour demander des éclaircissements à propos de son budget 2017. Pour le Commissaire chargé des Affaires économiques le but n’est pas de pénaliser aveuglément l’Italie. « Nous sommes très conscients, et le Conseil aussi, que l’Italie est en première ligne dans l’accueil des réfugiés et cela doit être pris en compte et alors nous examinerons les chiffres », ajoute Pierre Moscovici.
L’Italie doit réduire l’année prochaine de 0,6% son déficit structurel. En 2015 il s‘établissait à 1,2% du Produit intérieur brut. Mais en 2017 le déficit devrait atteindre 1,6%.
Rome souhaite que soient aussi pris en compte ses efforts liés à l’accueil des réfugiés et aux conséquences du tremblement de terre de cet été. « S’il y avait eu un soutien européen pour les coûts que nous prenons en charge pour les migrants, alors l’Italie aurait pu présenter d’autres chiffres », défend l’eurodéputée sociale-démocrate italienne Simona Bonafè.
En cas de désaccord avec la Commission, le chef du gouvernement italien menace de mettre son veto au budget européen de l’année prochaine. Matteo Renzi n’hésite pas non plus à critiquer l’attitude de plusieurs États membres comme la Hongrie ou la Slovaquie qui refusent de participer à l’effort de répartition des migrants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les députés demandent la saisie des centaines de milliards d'euros d'actifs gelés de la Russie

L'UE va interdire les produits issus du travail forcé, une mesure qui vise principalement la Chine

Espagne : la campagne électorale pour les européennes est lancée