EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

The Brief from Brussels : incontournable Parti populaire européen

The Brief from Brussels : incontournable Parti populaire européen
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis 20 ans le Parti populaire européen (PPE) domine le paysage politique de l’UE. L’objectif pour la première force du Parlement est de maintenir sa position à l’issue du scrutin européen du mois de mai.

PUBLICITÉ

En 2014 le parti populaire européen (PPE) avait remporté les élections européennes en obtenant 265 sièges sur les 751 que compte le Parlement. Cette position de force avait alors permis à la tête de liste de la formation, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, de prendre la présidence de la Commission européenne. Cette année encore le dirigeant du groupe au Parlement, Manfred Weber, semble en bonne position pour occuper le poste, à condition de remporter le scrutin. "Nous avons un projet clair pour l'avenir de ce continent. C'est la différence du PPE et c'est le succès du PPE", assure l’Allemand.

Impact des tensions commerciales

Une escalade des tensions commerciales serait plus dommageable pour les Etats-Unis que pour ses rivaux économiques selon une analyse publiée par la Banque centrale européenne. D'après la BCE les conséquences d'une hausse des taxes américaines sur les voitures européennes auraient un impact limité sur l'euro. Cette menace, agitée par Washington, plane sur l'Union européenne depuis près d'un an.

Stopper le gazoduc Nord Stream 2

La tête de liste de la droite européenne propose de stopper le projet de gazoduc Nord Stream 2. S'il est élu président de la Commission, Manfred Weber envisage d'employer tous les moyens légaux pour suspendre ce programme qui doit approvisionner directement l'Allemagne en gaz russe. Le candidat fait valoir que Nord Stream 2 ne sert pas les intérêts de l'Union car il renforcerait la dépendance énergétique européenne vis-à-vis de la Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Européennes : Manfred Weber, le chef de la droite, lance sa campagne

La droite européenne en campagne

Le chef de la droite européenne somme Orban de stopper son hostilité anti-Bruxelles