EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Début des négociations pour la présidence de la Commission européenne

Début des négociations pour la présidence de la Commission européenne
Tous droits réservés REUTERS/Yves Herman
Tous droits réservés REUTERS/Yves Herman
Par Stefan Grobe
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les discussions politiques en vue de désigner le prochain président de la Commission européenne débutent à Bruxelles par un sommet informel des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE.

PUBLICITÉ

Les négociations pour la présidence de la Commission européenne commencent. Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE se retrouvent ce mardi à Bruxelles pour un premier tour table. L'objectif est de dessiner le profil du candidat capable de rassembler une majorité au lendemain des élections européennes. Les dirigeants ne veulent pas faire de pronostics pour le moment mais chacun dresse déjà les qualités nécessaires pour être retenu. Le président français évoque de l’ambition et un projet à bâtir. "Il nous faut des femmes et des hommes qui incarnent ce renouveau, qui ont l'expérience et la crédibilité qui leur permettent de porter ces missions et qui reflètent ces ambitions et qui les épousent pleinement", insiste Emmanuel Macron.

Les dirigeants européens doivent désigner le président de la Commission. Le candidat doit ensuite obtenir un vote favorable du Parlement européen. C'est donc une négociation entre pays membres et entre les institutions qui s’instaure. La chancelière allemande, Angela Merkel, demande à ses partenaires de démontrer qu’ils sont capables d’agir "car nous devons présenter une proposition, si possible avant la session inaugurale du nouveau Parlement" qui aura lieu début juillet.

Un peu plus tôt dans la matinée, le Parlement européen a réaffirmé sa volonté de nommer l'une des têtes de liste de la campagne électorale comme prochain dirigeant de la Commission. "La majorité des groupes est en faveur du processus du Spitzenkandidaten", rappelle le président de l’hémicycle, Antonio Tajani. Les responsables européens espèrent parvenir à un compromis pour le prochain sommet des chefs d’Etat et de gouvernement les 20 et 21 juin.

Journaliste • Grégoire Lory

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un difficile compromis européen

Parlement européen : le temps des nouvelles coalitions

Elections européennes : percée inédite des Verts