Le président du Parti populaire européen envisage l’exclusion du Premier ministre hongrois

Le président du PPE, Donald Tusk
Le président du PPE, Donald Tusk Tous droits réservés Peter Morrison/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Peter Morrison/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les jours du Fidesz de Viktor Orban au sein du PPE sont peut-être comptés. Donald Tusk juge «inacceptables" les mesures d’urgence adoptées en Hongrie pour répondre à l’épidémie.

PUBLICITÉ

La droite européenne pourrait se séparer du parti du Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Le président du Parti Populaire européen (PPE) demande à la première force politique en Europe de considérer l’exclusion du Fidesz.

Dans une lettre Donald Tusk explique que les mesures d’urgence adoptées en Hongrie son "moralement inacceptables". Ce nouveau dispositif permet au gouvernement hongrois de diriger par décret et donc de se passer de l’aval du Parlement. De plus cette situation d’urgence n’est pas limitée dans le temps. Une disposition prévoit aussi une peine de 5 ans d’emprisonnement pour la diffusion de fausses informations sur la pandémie.

Le président du PPE rappelle que la priorité est de répondre à l’urgence sanitaire mais que la question de l’appartenance de la formation de Viktor Orban devra faire l’objet d’une décision prochainement.

La droite européenne est divisée depuis plusieurs mois sur l’attitude à l’égard du Premier ministre hongrois qui multiplie les coups de griffe à l’encontre des valeurs européennes. Pour le moment le Fidesz de Viktor Orban est seulement suspendu. Mais la crise du coronavirus pourrait bien sceller le sort de la formation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’état d’urgence en Hongrie contre le coronavirus rapproche Viktor Orban des pleins pouvoirs

Hongrie : un Viktor Orban toujours plus autoritaire sous prétexte de coronavirus

Les pays de l'UE acceptent d'imposer de nouvelles sanctions à l'Iran pour réduire la production de drones et de missiles