L’UE dément toute pression de la Chine concernant la désinformation liée au coronavirus

L’UE dément toute pression de la Chine concernant la désinformation liée au coronavirus
Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Grégoire LoryEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La diplomatie de l’UE est soupçonnée d’avoir reporté et atténué le ton d’un rapport concernant la communication chinoise au cours de la pandémie.

PUBLICITÉ

La diplomatie européenne est sous le feu des critiques. Le Service européen d'action extérieure (SEAE) est accusé d'avoir édulcoré, sous pression de la Chine, un rapport sur la désinformation liée au coronavirus. 

Le New-York times affirme que la publication du texte a été ajournée et que le passage concernant Pékin a été modifié. La Commission européenne répond qu'il s'agit d'un malentendu de procédure. "Je réfute catégoriquement toute allégation sur le fait que nous nous serions pliés à toute pression externe dans notre rapport. L'idée que nous ayons publié vendredi un rapporté atténué après avoir fait des changements est une perception inexacte des procédures", affirme Peter Stano, porte-parole de l’institution.

Le texte souligne qu'il existe "des preuves d'une action coordonnée de sources officielles chinoises afin de détourner toute faute concernant l'épidémie". Le New-York Times assure que des phrases ont été supprimées et le ton adouci. 

L’eurodéputé néerlandais Bart Groothuis demande des explications au chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. Le libéral assure vouloir être "nuancé". Il estime que l’UE doit d'ailleurs saisir cette occasion pour assumer sa souveraineté et dire à Pékin "nous n'acceptons pas cela, n'essayez pas à nouveau".

Le ministre chinois des Affaires étrangères rejette les accusations de désinformation et déclare son pays victime de cette propagande et non pas responsable.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guéri du coronavirus, Boris Johnson de retour à son bureau

"Nous avons besoin d'aide" ! Le cri du cœur des indigènes d'Amazonie face à la crise du coronavirus

Charles Michel : la loi sur "l'influence étrangère" éloigne la Géorgie de l'adhésion à l'UE