Propositions de l’UE contre le terrorisme

Propositions de l’UE contre le terrorisme
Tous droits réservés Michel Euler/AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Réunis en visioconférence en un mini-sommet, plusieurs dirigeants européens appellent à renforcer les moyens dans la lutte contre le terrorisme.

PUBLICITÉ

L'Union européenne envisage de nouvelles mesures pour lutter contre le terrorisme islamiste. Les propositions ont été évoquées lors d'un sommet virtuel réduit autour des dirigeants français, allemand, autrichien, néerlandais et des présidents de la Commission européenne et du Conseil européen. 

Les responsables proposent tout d’abord une réforme de l'espace Schengen portée par le président français. "Toute faille de sécurité à la frontière extérieure ou dans l'un des Etats membres est un risque de sécurité pour l'ensemble des Etats membres", insiste Emmanuel Macron.

Les responsables politiques ont aussi évoqué des mesures contre le radicalisme islamiste. Le président du Conseil européen veut éviter toute ingérence étrangère tout en garantissant les "valeurs fondamentales" de l’UE. Dans cette optique Charles Michel appelle à la création d'un institut européen pour la formation des imams afin de lutter contre les discours de haine et le terrorisme.

Mais cette dernière réponse ne convainc pas Salah Echallaoui, vice-président de l’Exécutif des Musulmans de Belgique. "Si on réduit la lutte contre le radicalisme uniquement à la formation des imams, et à l’approche théologique, je crois qu'on a raté justement la lutte contre le radicalisme", explique-t-il. Le recteur de la grande mosquée de Bruxelles rappelle aussi les propos des analystes qui soulignent les nombreuses racines du radicalisme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Attentats terroristes de Paris : établir la complicité

L’UE condamne l’attentat terroriste de Vienne

L'Union européenne envisage d'étendre les sanctions contre l'Iran suite à l'attaque contre Israël