L’immunité de Carles Puigdemont étudiée par le Parlement européen

L’immunité de Carles Puigdemont étudiée par le Parlement européen
Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Ana LAZAROEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parlement européen doit se prononcer sur une levée ou non de l’immunité de l’ancien président de Catalogne.

PUBLICITÉ

La question de l'immunité de l'ancien dirigeant catalan Carles Puigdemont est de nouveau à l'ordre du jour du Parlement européen. La commission des Affaires juridiques étudie son cas ainsi que celui de deux autres eurodéputés. 

La procédure a été suspendue pendant sept mois à cause du coronavirus. Beaucoup s'interrogeaient sur l'assurance de la confidentialité si la décision devait se prendre par visioconférence. L'institution assure avoir pris toutes les mesures nécessaires pour garantir la discrétion des débats. "Nous avons décidé d'avancer après avoir obtenu le soutien de tous les groupes politiques, de la présidence du Parlement et surtout des services juridiques", explique Adrian Vazquez, eurodéputé (Renew Europe) et président de la commission des Affaires juridiques.

La prochaine réunion est prévue le mois prochain. Les trois eurodéputés catalans auront l'occasion de s'expliquer. Si l'immunité devait être levée, ce qui pourrait se produire d'ici quatre mois, la justice espagnole pourra demander une nouvelle extradition. L'affaire sera alors entre les mains de la justice belge et britannique, les pays de résidence des trois élus depuis leur fuite d'Espagne.

Les juges espagnols veulent poursuivre les trois responsables pour sédition, détournement de fonds et désobéissance après l'organisation du référendum en 2017 sur l'indépendance de la Catalogne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Immunité ou non pour Carles Puigdemont ?

Désobéissance civile après la condamnation de neuf anciens dirigeants catalans

Charles Michel : la loi sur "l'influence étrangère" éloigne la Géorgie de l'adhésion à l'UE