Covax victime de la bataille vaccinale contre le covid-19

Covax victime de la bataille vaccinale contre le covid-19
Tous droits réservés AFP PHOTO / UNITED NATIONS / ESKINDER DEBEBE/HANDOUT
Tous droits réservés AFP PHOTO / UNITED NATIONS / ESKINDER DEBEBE/HANDOUT
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’initiative internationale pour permettre de fournir des vaccins aux Etats les plus défavorisés rencontre des difficultés.

PUBLICITÉ

La lutte contre la pandémie est difficile pour les pays les plus pauvres. L'initiative internationale COVAX a pour ambition d'aider ces Etats à avoir accès au vaccin contre le covid-19. Mais le projet peine à trouver les financements et le sérum nécessaires.

L'Afrique du Sud paie par exemple un peu plus de 4 euros pour une dose d'AstraZeneca, soit deux fois plus que le prix pour l'Europe selon des fuites. "C'est une forme d'apartheid vaccinal (...) les pays riches se déchirent entre eux pour savoir qui aura accès aux doses pendant que d'autres pays regardent et attendent. Pour moi c'est honteux!", dénonce la directrice d’Onusida Winnie Byanyima.

COVAX est le résultat d'une collaboration entre l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Alliance du vaccin, les gouvernements et la Fondation Gates. Le projet a reçu jusqu'à maintenant 1,65 milliard d'euros. Les principaux donateurs sont le Royaume-Uni et le Canada. L'Union européenne a versé 96 millions d'euros. Sous la présidence de Donald Trump, les Etats-Unis ne s'étaient pas impliqués. Mais le nouveau président Joe Biden annonce une participation de plus de 3 milliards d'euros.

Au total COVAX devra rassembler 29 milliards d'euros pour pouvoir payer 2 milliards de doses achetées auprès de cinq entreprises. L'OMS évoque des obstacles qui ralentiraient sa stratégie. L'institution souhaite pouvoir réaliser d'ici la fin de l'année des injections dans 92 pays. "Les accords bilatéraux entre les pays et les entreprises mettent en danger le projet COVAX. Au moins 56 contrats bilatéraux ont été signés ce qui fragmente le marché et force les pays à se faire concurrence et cela entraine une augmentation des prix", résume Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

L'Union européenne rencontre aussi des difficultés dans la mise oeuvre de sa campagne de vaccination. Elles pourraient remettre en cause son objectif de vacciner d'ici la fin de l'été 70% de la population. Ce chiffre de 70% est présenté comme le seuil à atteindre pour parvenir à l’immunité collective. Au mieux COVAX permettra de fournir le vaccin à 1 milliard de personnes sur une planète qui compte presque 8 milliards d'habitants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Contrôle des exportations de vaccins : l'UE renonce à inclure l'Irlande du Nord

Des "objectifs réalistes" de vaccination pour l’UE

L'Ukraine et la Russie échangent des attaques de drones