EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le patron de Ryanair attend le retour des déplacements et des passagers

Le patron de Ryanair attend le retour des déplacements et des passagers
Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Sandor ZsirosEuronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Avec son franc-parler habituel Michael O’Leary distribue les bons et les mauvais points avec l’entrée en vigueur dans l’UE du certificat covid numérique.

PUBLICITÉ

Le patron de Ryanair vante le certificat covid numérique européen. En déplacement à Bruxelles, Michael O’Leary explique que ce document est un pas important pour l’UE afin d’engager un retour à la normale.

En revanche l’Irlandais s’en prend aux autorités de son pays qui n’ont pas réussi à mettre en place dans les temps ce dispositif. "Même pour retourner en Irlande je dois avoir un test PCR négatif malgré le fait que je sois vacciné. Malheureusement je vis dans un pays qui est maintenant la risée de l’Europe et qui pourrait complètement manquer la gestion de la relance", s’emporte le turbulent patron de la compagnie à bas coûts.

L’homme d’affaire assure que les personnes qui disposent du certificat ne représente aucun risque. Dès lors il appelle à lever les restrictions de déplacement entre les Etats membres. Michael O’Leary vise en particulier l’Allemagne qui a défendu l’idée d’une quarantaine pour les personnes qui arrivaient du Portugal et du Royaume-Uni. "Nous devons empêcher en Europe que des pays imposent de façon unilatérale des décisions stupides et inefficaces", lance l’Irlandais.

Ce rapport de la Cour des comptes c’est vraiment n’importe quoi
Michael O’Leary
patron de Ryanair

Avec la même fougue, le patron de Ryanair conteste le dernier rapport de la Cour des comptes européenne qui juge que les Etats membres et les transporteurs aériens ont laissé au printemps 2020 les passagers dans le flou lorsque des milliers de vols étaient annulés et que les remboursements étaient reportés. "Nos bureaux ont été fermés pendant trois mois. Comment pouvions-nous mener les procédures de remboursement ? Personne n’avait le droit d’aller au bureau et donc tout était au point mort".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ryanair critiquée pour mener des tests en afrikaans pour les Sud-Africains

Le biocarburant arrive dans l'aérien : effet d'annonce ou réelle transition ?

Une baisse historique : - 66% de passagers aériens en 2020