This content is not available in your region

La cause des femmes afghanes défendue à Bruxelles

Access to the comments Discussion
Par Méabh Mc Mahon  & Euronews
euronews_icons_loading
La cause des femmes afghanes défendue à Bruxelles
Tous droits réservés  Alain ROLLAND/ European Union 2022 - Source : EP

"Retenez leurs noms et écoutez leurs histoires", c'est la consigne donnée par l'actrice Angelina Jolie devant le Parlement européen cette semaine à Bruxelles à l'occasion de la Journée des femmes afghanes.

L'objectif est d'alerter les responsables politiques sur le sort du peuple afghan et en particulier celui des femmes et des filles qui se sentent totalement abandonnées par le monde occidental depuis la prise du pouvoir au mois d'août par les talibans. "Une nouvelle fois ils nous ont laissées seules", regrette l'ancienne ministre afghane du Droit des femmes, Sima Samar.

Pour la militante Habiba Sarabi c'est l'histoire qui se répète. "L'Afghanistan a malheureusement toujours été un champ de bataille et une sorte de laboratoire pour les superpuissances et c'est le peuple afghan qui en paye le prix", explique-t-elle.

Le coût pour l'Afghanistan c'est aussi l'effondrement économique du pays, la nécessité d'une aide humanitaire, et pour les mères il s'agit de préparer leurs filles à vivre sous un régime répressif. Avocate des droits de l'homme, Horia Mosadiq s'est engagée dans ce combat "pour les millions de filles, les hommes et les femmes de ce pays sans avenir, avec un gouvernement connu pour pratiquer l'apartheid entre les genres."

L'Union européenne apporte une aide humanitaire et met en avant le combat de ces femmes. Mais ces Afghanes attendent plus. Shaharzad Akbar, présidente de la Commission indépendante afghane pour les droits de l'homme, demande aux 27 de poursuivre le dialogue avec tous les acteurs dans et hors du pays. Elle veut œuvrer à créer un Etat "où les femmes peuvent se déplacer, protester sans risque d'être emprisonnées, violées et tuées."

Cet appel lancé de Bruxelles est une demande pour ne pas oublier le sort des femmes et des filles afghanes.